mardi 27 mai 2014

J'ai rêvé d'un autre monde... Cauberotte l'a fait !


Dans le sud du Lot-et-Garonne, à quelques kilomètres de Nerac en Albret, il y a un îlot de résistance à notre monde consumériste. On est loin de l'écolo-bobo qui va chercher sa baguette en 4X4 chez Poilâne. 


Ici, c'est du vécu de tous les jours, avec une exploitation maraîchère bio qui prépare des paniers de légumes hebdomadaires, un boulanger qui utilise des vieilles variété de blés cultivées sur place. Et puis il y a aussi Marie qui élève des chèvres afin de produire de délicieux fromages.  Et qui dit fromages, dit vins ...vivants !


C'est un peu là que nous arrivons dans cette histoire : Maxime, un des deux maraîchers et cheville ouvrière du mouvement, nous achète régulièrement du vin pour alimenter ses diverses  manifestations. Il nous a donc convié à une rencontre autour des vivants, à laquelle participent des vignerons amis.


Forcément, c'était tentant, d'autant que ça permettait de faire aussi le plein chez des producteurs locaux : Elian da Ros (dont je parlais hier) et Stéphanie Roussel (Lassolle).



Comme je vous l'ai dit, ici, c'est nature de chez nature. C'est donc toilettes sèches pour tous.


Et pas de vaisselle plastique jetable. Tu as sali une assiette ? Tu la laves.


Tu la rinces


Tu la fais sécher


Four maison


Salle vidéo dans une "yourte en dur"



C'est rigolo de faire des phrases avec les mots qui défilent. Genre "Julien Lepers, complètement bourré, gyrobroie un ornithorinque et vomit sur Demis Roussos"


The BAR


L'indispensable totem 


Anthony Tortul (la Sorga) et Simon Busser (l'Originel)



Le tout nouveau rosé de la Sorga 100 % Mourvèdre


Et non, il n'y a pas que le Brutal de Bouju qui existe. Comme 7 autres vignerons, Anthony fait aussi le sien (en fait, du Canoë Gaillac étiqueté autrement).


Benoït Kilian (batteur et revendeur de vins), Pierre Bauger et Mito Inoue, une viticultrice japonaise qui fait des vins absolument magnifiques, dont celui-ci : 



Dur de croire que c'est un Gamay d'Auvergne !



Encore un néo-vigneron :


Daniel Sage a démarré dans le métier il y a trois ans. Et fait preuve déjà d'un sacré talent de vinificateur. Son St-Joseph "nature" est d'une pureté incroyable, élégant et floral.


Et sa "bulle" mêlant cépages blancs et rouges a la minéralité et la tension d'un grand vin. A suivre...


Christophe et Hélène Comte, Anthony, Daniel et Mito

Christophe et Hélène Comte viennent aussi d'Ardèche et produisent une gamme variée de vins de cépages, également sans sulfites ajoutés. Tous les vins dégustés sont nets, purs et précis.


Le Grenache, frais et fruité, et le Pinot noir, élégant et soyeux.


Voici Ad Naturam, le dernier "bébé" de Stéphanie Roussel : un (presque) pur Abouriou, brut de cuve et libre de tout adjuvant. C'est épicé, relevé, même, avec une matière juteuse et gourmande. T'en boirais des litres. Ca tombe bien : il est dispo à la boutique !

Son Petit Lassolle 2010, composé des 7 cépages du domaine, élevé en barriques anciennes, est un concentré du savoir-faire de Stéphanie, à la fois mûr, frais et digeste. C'est déjà très bon. Ce le sera encore plus dans un an ou deux.


Une belle découverte que ce Poisson Rouge du Domaine d'O. Un 100 % Alicante vinifié comme un blanc (ça repose des blans vinifiés comme des rouges...) Et comme l'Alicante est un cépage teinturier, le vin est rouge tout en étant souple et frais comme un blanc. C'est super bon et gourmand. Il nous en faut...


Magali Tissot du Domaine du Pech, situé non loin d'ici. Son Jarnicoton se goûtait très bien.


Petite conférence sur les vins vivants :

Simon Busser, Pierre Bauger, Daniel Sage, Hélène Comte et Stéphanie Roussel


Pierre Bauger, un vrai esprit rebelle (dans le bon sens)

Le début d'après-midi était calme, mais là, il  y a du monde !...


Excellentes improvisations. oeno-ludiques de Sébastien Barrier. Ce type est vraiment un fou furieux qui pense et parle à une vitesse impressionnante, passant du coq à l'âne avec une dextérité incroyable, maniant aussi bien le fouet argentin que la guitare. Rarement vu un numéro pareil. C'était en plus très drôle, mais pas que. Même le Figaro adore, c'est dire...


Le spectacle s'est prolongé dans l'obscurité, avec un retour de la pluie. Etant l'un des rares possesseurs de parapluie, j'ai protégé Sébastien pendant les 20 dernières minutes de sa prestation (et j'ai tenu un ballon en baudruche qu'il a fait exploser avec son fouet...).


La soirée a continué dans la grange.avec un concert d'un quatuor britannique...


Non, c'est pas les Beatles (ils ne sont plus que deux), mais les Fallen idle (jeu de mot avec Fallen Idol -> idole déchue  / là, ça veut dire les oisifs (retraités) déchus)


Puis soirée danse avec un DJ presque aussi âgé que nos amis anglais.


C'est la FÊÊÊ - TTTEEEUH !!!

Enfin voilà, c'était une sacrée belle journée, avec des gens adorables, où tout le monde te tutoie et t'embrasse sans même te connaître. Forcément, si t'es là, c'est que tu n'es pas foncièrement mauvais. Et c'est vrai que que je n'ai vu que des sourires, de la complicité et une vision positive des choses. Clair qu'il ne doit pas y en avoir un seul qui ait voté Front National le lendemain...

Retrouvez Cauberotte ICI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire