vendredi 2 septembre 2016

Combe de la belle, le retour !


Combe de la belle, c'est une longue histoire avec Vins étonnants. Nos "vieux" clients doivent se rappeler des cuvées Jonas, Jazz ou Hugo. Cette dernière était particulièrement étonnante puisqu'elle réunissait deux cépages assez rares : l'Aubun et la Counoise. Un vin délicieux, épicé, avec un excellent rapport qualité/prix. Et puis, hélas, en 2011, Philippe Briday a décidé de mettre fin à l'aventure. En 2012, le domaine a été repris par Laure et Eric Goudou. Ils ont passé pas mal de temps à remettre les vignes en état (pas mal de manquants) et à planter de nouveaux cépages (comme le Terret-Bourret). Et puis, il y a peu, ils ont eu la bonne idée de nous recontacter. Nous avons dégusté quelques échantillons et ma foi, ça nous a bien plu. Et comme les prix sont restés aussi raisonnables qu'autrefois, nous nous sommes dits "pourquoi pas ?"



La robe est pourpre translucide.

Le nez est expressif, sur des notes de fruits rouges/noirs légèrement compotés, rehaussés de poivre, d'olive noire et d'une touche de fumée (une pointe d'encens, aussi).

La bouche est ronde, fruitée et gouleyante, avec une matière bien mûre mais pas du tout pesante, équilibrée par une fraîcheur poivrée (timut) en arrière-plan.

La finale accroche un peu, mais on reste sur le fruit épicé et la gourmandise. Cela demande par contre d'être accompagné de cochonnailles, de travers de porc grillés ou de côtelettes d'agneau (6.90 €).



La robe est grenat translucide.

Le nez est proche du précédent, mais avec plus d'intensité et de fraîcheur. On retrouve les fruits rouges/noirs, le poivre, l'encens, la fumée...

La bouche est un peu plus ample,  avec un fruit un chouïa plus expressif, mais sinon, on reste sur une matière souple et épicée qui glisse en bouche avec aisance.

Là aussi, ça accroche un peu en finale, mais comme le 2012, la gourmandise fruité/épicée l'emporte sur le reste (6.90 €).


(100 % Tempranillo)

Le nez est fin et profond sur des notes de pain grillé, de prune et d'épices.

La bouche est plus ample et aérienne que les deux vins précédents, avec une matière quasi impalpable mais des épices grillés plus marqués et des arômes de prune compotée.

La finale est plus élégante, avec une grosse insistance sur les épices et le grillé. C'est p... bon ! (6.90 €). On l'imagine bien avec des grillades qui ont pris la saveur fumée.



Comme son nom l'indique, Perles d'Aubun est 100 % Aubun, un cépage qui a une forte tendance à disparaître (on est passé de 5800 ha en 1979 à 480 en 2011...) et qui sert surtout à produire des rosés, les rouges n'étant pas assez colorés au goût des producteurs. 

La robe est saumonée. 

Le nez est assez envoûtant sur la fraise confite et le pain d'épices.

La bouche est ronde, sphérique, au toucher délicat/soyeux avec une sensation de douceur et de bien-être assez étonnants. L'ensemble est tendu par une acidité arachnéenne qui apporte un équilibre quasi-parfait.

La finale est légèrement douce, avec un retour sur la fraise et le pain d'épices, et une fine mâche qui empêche de tomber dans la lourdeur.

Il parait difficile de le conseiller avec des viandes grillées. On l'imagine plus en apéritif avec du jambon cru ou un dessert aux fruits. Le prix est carrément cadeau : 5,50 € !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire