jeudi 30 mars 2017

Burgenland rouge : toute l'Autriche dans votre verre


J'ai ouvert cette bouteille de Burgenland rouge vendredi dernier pour décider quels vins j'allais ouvrir pour une soirée de dégustation "Vins étrangers" à Guéret (eh oui, nous creusons lentement et sûrement notre sillon). Parmi les autres quilles dégustées, c'est celle-ci qui se goûtait le mieux. Hopla, sélectionnée. 

Mardi, je regoûte la bouteille que j'avais ouverte, mais pas servie – je n'amène pas de bouteilles entamées – et là, il s'avère encore nettement meilleur qu'à l'ouverture. Et voilà pourquoi je vous en cause aujourd'hui. 

Si le titre du billet est "toute l'Autriche dans votre verre", c'est que ce vin contient les trois cépages rouges principaux en Autriche : Blaufränkisch, Zweigelt et Saint-Laurent (non, ce n'est pas un cépage canadien).

La robe est grenat translucide. 

Le nez est juste incroyable : écorce d'orange, grenade fraîche, violette, rose, poivre blanc, avec une pointe de benjoin. Je passerais des heures à le renifler humer.

La bouche est ronde, fraîche, avec une fine acidité traçante et une matière soyeuse, légère, enveloppante, charmeuse, et surtout un fruit vibrant, limite hypnotique, ornementé de notes florales. Limite magique (j'arrive d'ailleurs à peine à comprendre/réaliser tout le plaisir que j'ai à boire ce "vin de peu"). 

La finale a une mâche suffisamment subtile pour ne pas nous sortir de ce rêve éveillé. Un peu de terre fraîche – très burgundian style – mais toujours la violette, la rose, l'écorce d'orange, et des notes fruitées/poivrées persistantes. Que c'est beau... 

J'ai omis de vous parler du prix : 8.50 €. Par contre, si vous voulez – plus ou moins – retrouver ce que j'ai éprouvé, il faut l'épauler 4 jours à l'avance (en refermant la capsule). 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire