jeudi 4 octobre 2018

-25 % sur 6 cuvées de Jeff Carrel


Chez Jeff Carrel, c'est comme chez tout le monde : il y a des vins qui se vendent mieux que d'autres. Nous vous faisons donc une remise de 25 % sur les six cuvées que vous voyez sur la photo ci-dessus jusqu'à épuisement définitif. Les remises quantitatives habituelles s'ajoutent à celle-ci, ce qui donne des prix très intéressants.  Si j'ai dégusté il y a quelques mois le Pinot noir rosé Air du Temps, cela faisait un petit bout de temps que je n'avais pas dégusté les autres. Voici donc mes impressions... 



(5.18 € à l'unité, 4.88 € par 6 et 4.68 € par 12)

La robe est or pâle, brillante. 

Le nez est fin et élégant, sur la poire williams, le beurre à la truffe et le mousseron chablisien. 

La bouche est fraîche, éclatante, avec une matière limpide, cristalline qui se déverse dans le palais. l'aromatique se fait plus sur le minéral/fumé que sur le fruit. 

La finale est franche/nette, avec une fine mâche savoureuse, une amertume très légèrement citronnée et un retour sur la truffe et le mousseron, suivi de notes salines. Rapport qualité/prix hallucinant. 



(5.40 € à l'unité, 5.03 € par 6 et 4.88 € par 12

La robe est proche du vin précédent. 

Le nez est assez discret, sur l'orgeat, la noisette fraîche et une petite pointe de mousseron (l'évolution...). 

La bouche est ronde, ample, déployant une matière moelleuse et fraîche, enrobante, dans un style plutôt classieux.  Une belle sensation de fraîcheur envahit le palais sans la moindre agressivité. 

La finale a une mâche et une amertume un peu plus prononcées, tout en restant fin et sobre. On retrouve l'orgeat et le mousseron, avec une pointe de beurre et de gingembre. 



(6.38 € à l'unité, 6 € par 6 et 5.63 par 12)

La robe est un peu plus intense, mais de pas grand chose. 

Le nez "pétrole" comme on dit en Alsace, d'une façon plutôt subtile, avec une touche pierreuse/fumée et une pointe de citron confit. 

La bouche est longiligne, étonnamment traçante pour un Languedoc – moins pour un Riesling – avec une fine acidité enrobée par une matière mûre, plutôt dense, sur des notes d'ananas et de terpènes d'agrume [mode off : je vous avouerais que je suis surpris par l'évolution de ce vin : longtemps, l'acidité était dissociée et saillante, le rendant beaucoup moins agréable ]. Un très léger perlant accentue encore la sensation de fraîcheur. 

La finale a plus de caractère que ses deux collègues, avec le couple amertume/astringence évoquant l'écorce d'agrume, et la fine acidité qui continue à tracer son bonhomme de chemin. On retrouve l'ananas, un peu de mangue aussi, une pointe de mandarine. Vraiment très très bien ! 



(5.18 € à l'unité, 4.69 €  par 6 et 4.50 € par 12)

La robe est pétale de rose thé.  

Le nez est  tentateur, sur des notes de confiserie à l'ancienne, mais aussi de rose et de framboise. La bouche est ronde, pleine de fraîcheur, avec une matière étonnamment sensuelle (un soyeux doux, presque gras) que l'on balade dans le palais avec plaisir .On a l'impression de croquer dans  une friandise liquide. 

La finale a du peps, avec un trait acidulé qui prolonge agréablement le vin sur des notes de groseilles et d'épices. Le rapport qualité/prix était déjà excellent au départ, maintenant il est intergalactique !



(6.00 à l'unité, 5.81 € par 6 et 5.63 par 12)

La robe est grenat sombre translucide tirant vers le pourpre. 

Le nez est très expressif, sur le cassis (fruit et bourgeon), la cerise et une pointe de menthol. 

La bouche est ronde, ample, aérienne,  avec une matière tout d'abord très fine et qui gagne progressivement en densité.  Le cassis est toujours là, mais entouré de notes plus tertiaires (champignon de Paris, feuilles d'automne). Néanmoins, c'est le fruit et la fraîcheur qui prédominent, avec ce qu'il faut de tension. 

La finale est légèrement mâchue, mêlant le cassis au tabac gris et au sous-bois, et puis ce goût de terre qui pinote, voire morgonne. Sans prétention, mais très sympa !




(5.93 € à l'unité, 5.63 € par 6 et 5.21 € par 12)

La robe est grenat sombre translucide avec des reflets d'évolution.

Le nez est fin, complexe, sur les fruits noirs confit, le havane et la truffe, avec une touche fumée.

La bouche est ronde, très ample, avec une matière fine et soyeuse qui vous envahit le palais. L'ensemble est frais et équilibré, tendu par une acidité à la trame arachnéenne. Le fruit est encore très présent, même s'il est accompagné des notes d'évolution perçues au nez (truffe, cigare... bois précieux, aussi). 

La finale est tonique, grâce à une noble amertume qui apporte de la niaque, mais aussi à l'aromatique fraîche du cassis légèrement mentholé. Puis un retour du tabac, et une touche de poivre blanc, prolongé par des notes sanguines/ferreuses et le cèdre.  Très beau !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire