Newsletter d'octobre 2012

Bonjour à tous,

Vous l'aurez constaté : le délai entre deux lettres s'est singulièrement raccourci. Cela aura pour avantage qu'elles soient un peu plus brèves qu'auparavant ;-)

Comme tous les mois, le clin d'oeil de Dominique ...
 Vins Etonnants-tous droits réservés

Avant de parler des dernières nouveautés, nous vous signalons que nous ferons une tournée en Belgique et au Luxembourg fin octobre-début novembre. Pour pouvoir être livré à domicile, le minimum de commande est de 12 bouteilles, avec une participation forfaitaire de 11€ . Pour ce faire, veuillez choisir "Tournée automne 2012 Bel/Lux" dans le type d'expédition lors du passage de votre commande.


Par ailleurs, vous remarquerez que notre blog s'est enrichi depuis quelques semaines, que ce soit des articles sur des cépages, des présentations de vins ou de producteurs, des cours d'oenulogie, ou encore des jolies histoires vraies...
Florilège : photos uniques au monde vieux cépages savoyards, Carignan : less is beautiful, Muscadets (et vins blancs) : le FROID, voilà l'ennemi!, La folle histoire de This Side(r) Up!, Couleur du raisin = couleur du vin ? Pas si simple..., etc.

Eric Bernardin est aux manettes et il compte bien sur vos commentaires et vos questions afin de pouvoir vous proposer des sujets qui correspondent à vos attentes.

Sont annoncés entres-autres, pour ce mois-ci, les nouveau millésimes

* Antoine Arena en Corse (sauf Carco Blanc), * Etienne Thiebaud du domaine jurassien des Cavarodes (sauf Savagnin Pressé) 
* Alban Michel des Sabots d'Hélène en Corbières
* JF Ganevat en fin de mois en Jura

et les nouveaux domaines avec des rapports qualité/prix épatants
* Mas de Gourgonnier en Baux de Provence
* Château des Estanilles à Faugères repris en 2009 par Julien Seydoux.

Voici donc les nouveautés par région

Alsace 

Essentiellement des changements de millésimes, chez Barth (arrivée des 2011)  comme chez Zind-Humbrecht (arrivée des 2010). Chez le premier, tout de même deux nouvelles références :


 - le Riesling 2011, tonique et frais, qui pourra aller aussi bien avec des fruits de mers qu'une choucroute (et c'est bien agréable de trouver aujourd'hui des Riesling de qualité qui puissent le faire)
- le Pinot Noir SO5 P164, Laurent Barth a su préserver la fraîcheur et le fruit de ce Pinot. Il s'ouvre immédiatement sur des notes de cerise et noyau. Légère astringence tannique qui lui permettent de se marier avec une blanquette de veau par exemple. Inconditionnels du vin rouge avec les fromages, les pâtes molles à croûte fleurie (terme technique qui désigne Camembert, Brie,...) ne sauront pas lui résister.
Et bien sûr le Racines Métisses, le Pinot Blanc que vous êtes nombreux à attendre et les superbes Riesling Vieilles Vignes et Riesling Granite (quantités limitées).

Loire

Nous n'avons pas référencé de nouveaux producteurs, mais nous avons fait rentrer des cuvées que nous n'avions pas jusqu'à présent.



Ainsi Litus 2010 d'Eric Morgat. Ce grand producteur de Savennières est retourné de l'autre côté de la Loire, à Beaulieu sur Layon, pour planter du chenin sur un terroir unique en Anjou : de la spilite non altérée d'origine volcanique. Il a fallu la barre-à-mine pour creuser le sol. Les vignes sont encore très jeunes (plantées en 2003), mais nous avons déjà affaire à un très grand vin.
Hélas, peu de bouteilles disponibles... 

Nous en profitons pour vous signaler que nous avons reçu dans la même livraison L'Enclos 2010. Vu la qualité du millésime, ce vin devrait pouvoir défier le temps (tout en étant accessible assez rapidement)





En revenant de sa tournée "parisienne" de mi-septembre, Eric R. s'est arrêté à Menetou-Salon,  au domaine Philippe Gilbert dont nous vous parlions dans la précédente newsletter. Il est allé voir les vignes (en bio-dynamie depuis 2006), a goûté toute la gamme : c'est vraiment très bon. Donc, en plus du Menetou-Salon rouge 2010 déjà proposé, nous avons maintenant le Menetou-Salon blanc 2011, mais aussi la grande cuvée de rouge du domaine Les Renardières dans le beau millésime 2009.

Un album-photo de la visite est disponible ICI.

Toujours en Loire, nous avons fait rentrer le Coteaux du Vendômois rouge 2010 du domaine de Montrieux, histoire de vous faire patienter de l'absence provisoire du Verre des poètes. Issu d'une longue macération sans triturage des baies, c'est un vin qui réussi l'exploit d'être à fois la souple, intense et épicé. Émile Hérédia le conseille même sur le poisson (rouget, par exemple).


Toujours dans la région, signalons l'arrivée des Sancerre 2011 de Gérard Boulay, très attendus : La Côte, le Clos de Beaujeu, les Monts DamnésComtesse ... et bien sûr Tradition.
2011 est un millésime accessible dès sa jeunesse même s'il peut se conserver sans souci. Il peut permettre de ne pas toucher aux 2010, destinés à une plus longue garde (ah bon, vous les avez déjà tous bus ???)

Le domaine Mondon-Demeure est-il dans la Loire ? Administrativement, sans aucun doute. Nous venons de recevoir trois classiques de la maison dans de nouveaux millésimes : le  Cluya blanc 2011, un liquoreux issu de viognier séché sur de la vraie paille ; Cluya rouge 2010 (méthodes identiques mais avec un vieux cépage hybride, le Seibel 5455).
Retour de Tchalande 2011 : là aussi du viognier passerillé, mais sur souche, en vendanges très tardives. La météo des années précédentes ne se prêtaient pas au passerillage des baies sur souche. 

Finissons notre tour de la région avec la famille Courtois : après quasiment 5 ans d'élevage en barrique, Évidence 2007 a été enfin mis en bouteille. C'est une vendange tardive de Menu Pineau ayant subi un élevage oxydatif et finissant quasiment sec. Réservé aux amateurs de vins de caractère !

Ajoutons que la cuvée Racines vient de basculer sur le millésime 2009.






Bordeaux 



Ce n'est pas vraiment la région viticole que nous privilégions le plus, mais si un producteur fait très bon en respectant l'environnement, il n'y a pas de raison de s'en priver. Et c'est vraiment le cas avec Gonzague Maurice : chaque vin qu'il produit ressemble au terroir d'où il provient, sans fard oeonologique. Du coup, déguster du Bordeaux redevient une expérience passionnante.


Cet article vous fera découvrir les 4 cuvées du domaine

Sud Ouest



Nous commençons par un nouveau domaine qui présente une cuvée très atypique. Damien Bonnet est un jeune viticulteur Gaillacois qui conduit son vignoble en agriculture biologique et montre dans ses différentes cuvées une grande maîtrise de la vinification. Pour l'instant, nous avons sélectionné sa cuvée la plus "étonnante", mais il est probable que d'autres devraient suivre...

Brin de Folie 2011 doit être l'une des très rares "vendanges tardives" de Cabernet-Sauvignon. Rendement de 15 hl/ha, 21° potentiel. Un pressurage direct fait que le vin est plus violacé que noir. L'arrêt de la fermentation s'est fait au printemps par une filtration "stérile" qui empêche tout nouveau développement levurien en évitant de matraquer le vin avec des sulfites. Le vin obtenu a un fruit très intense, avec un sucre très discret grâce à l'acidité naturelle du Cabernet. Difficile de croire qu'il y a plus de sucre que dans 90 % des Sauternes (150 g/l) tellement ce Brin de Folie est digeste.


Pas très loin, un vigneron qui a eu récemment les honneurs de la presse : Floréal Romero. En plus des nouveaux millésimes de Sang froid, Sang chaud, Vaïhana, voici la cuvée sans nom, pardon 100 noms, un vin derrière lequel se cache une belle histoire que nous vous racontons ICI.

Mais ce n'est pas qu'une histoire mais aussi un vin : on va dire que c'est un "côtes de Gascogne" qui n'en porte pas l'appellation, puisque c'est un blanc sec à base d'Ugni Blanc et de Colombard. À la différence près qu'il a fait sa malo, car Floreal ne supporte pas l'acidité dans les vins blancs. Il est donc plus rond et plus souple que la plupart des Côtes de Gascogne. 



Puisque nous sommes en Côtes de Gascogne, restons-y avec deux cuvées  du Château du Cèdre (oui, celui de Cahors) : Cédrus 2010, un blanc sec à l'assemblage bergeraco-bordelais (Sauvignon + Sémillon + Muscadelle) et Héritage moelleux 2010, qui lorgne plus vers les Pyrénées (100 % Gros Manseng). 

Languedoc


Là non plus, pas de nouveau producteur. Par contre il y a une nouveauté au domaine Ledogar : la Compagnon 2010. Le nom est un clin d'oeil au frère de Xavier Lédogar, Mathieu, qui fut aspirant-compagnon. C'est un assemblage des 4 grands cépages languedociens (Grenache, Carignan, Mourvèdre, Syrah) avec une fermentation s'effectuant en douceur (à 22°) et un élevage en cuve pour préserver la finesse et le fruit. Un vin digeste donc, comme on aimerait en voir plus souvent en terre languedocienne.




Nous avons reçu le nouveau millésime de Fruit de Syrah (2011) de Jean-Louis Denois. Là aussi, un vin plein de fruit, à la matière souple et gourmande, avec un excellent rapport qualité/prix (6.20 €).




Certains d'entre vous doivent se rappeler avec émotion des Pinots noir Brut 2000 et 1996. Des Blancs de Noirs d'une grande vinosité due à un long élevage sur lattes. Dans la même lignée, le Pinot Noir 2005 vient tout juste de sortir. Un champagne vin effervescent à servir avec un foie gras-mi cuit, un beau jambon ibérique, une volaille truffée. Bref, parfait pour les fêtes qui s'annoncent lorsqu'on a un budget serré (12,90€).



Nous parlions il y a peu sur le blog de la mauvaise réputation du Carignan. Et bien, les Sabots d'Hélène en remettent une couche avec ce millésime 2010 . Issu d'une parcelle très venteuse de vieux pieds de Carignan, c'est un vin qui a du caractère, en évitant toutefois la rusticité. Un sauvage civilisé, quoi ;-)

Savoie

Michel Grisard mérite d'être connu autant pour sa personne que pour ses vins. Pour en savoir plus sur l'un comme les autres, lisez impérativement cet article de Vin-Terre-Net




Nous avons réussi à lui soutirer quelques bouteilles de Mondeuse, y compris dans des millésimes "anciens". Sont disponibles pour l'instant : Prestige 2003, Tradition 2004, Tradition 2005, Tradition 2006, Tradition 2009 et Prestige 2009. Si les 2003 et 2004 peuvent commencer à être bus, les autres millésimes gagnent à être attendus pour les apprécier à leur juste valeur. 

Italie

Pour finir, un vin blanc de Sicile :



Pithos, c'est le nom donné aux amphores utilisées pour la vinification et l'élevage de ce vin 100 % Grecanico, cépage que l'on ne trouve qu'en Sicile. L'azienda COS a réussi à allier belle maturité et droiture : ce vin a un nez de fruits jaunes mûrs et d'agrumes, tandis que la bouche s'avère tendue et minérale, avec une   matière dense et mûr. Un vin complet.


Prochaine Newsletter : début novembre

En attendant, retrouvez-nous sur le blog ou Facebook

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire