Newsletter d'octobre 2016

Nous reprenons les bonnes habitudes avec le clin d'oeil de Delize!



Les vendanges sont maintenant proches de la fin, excepté pour les producteurs de liquoreux. On peut commencer à tirer un bilan de ce millésime 2016 qui restera gravé dans les mémoires pour de tristes raisons. Au printemps, le gel et/ou la grêle ont provoqué de graves dégâts dans la Loire, la Champagne et dans la Bourgogne, de Chablis jusqu'au Mâconnais. Seule la Côte de Nuits s'en sort bien. L'est de l'Autriche a été également désastré, dont les deux domaines avec qui nous travaillons. L'humidité du mois de juin a provoqué ici et là de la coulure, mais aussi du mildiou, mettant à mal les rendements. Puis ont suivi trois mois de soleil ininterrompus : s'ils ont ont permis aux producteurs de pouvoir travailler sans trop de contraintes, certaines vignes ont souffert de la sécheresse. Les situations les plus dramatiques sont dans le sud du Languedoc et le Roussillon (Alban Michel a ramassé des raisins qui ne contenaient quasiment pas de jus). Pic Saint Loup a été dévasté par la grêle le 17 août, deux semaines avant les vendanges.

(Photo Twitter ‏@JeromeDespey)

Heureusement, toutes les régions n'ont pas souffert : le Bordelais, le Sud-Ouest et  l'Alsace s'en sortent bien, avec de la qualité et de quantité.  Le Jura a juste souffert du mildiou mais devrait faire un joli  millésime.

Tout cela aura des conséquences : nous n'aurons que très peu ou pas de 2016 chez certains producteurs. Et les tarifs vont augmenter, car il faut bien compenser le manque à gagner d'une façon ou d'une autre. Tout cela n'est guère rassurant pour l'avenir, car il est à craindre que ces épisodes climatiques extrêmes se multiplient dans les années qui viennent. 


Nous rappelons à nos amis belges et luxembourgeois qu'une tournée aura lieu durant la dernière semaine d'octobre.  Le coût de transport est ramené à 11€, quel que soit le nombre de bouteilles (minimum de 12 ). Au moment de commander, il faut choisir le mode de livraison "Tournée Bel/Lux octobre 2016". Le Berlingo est déjà bien plein, mais il reste encore un peu de place... 

Notre vraie fausse Foire aux vins a très bien fonctionné et nous vous en remercions. Du coup, il y a une forte chance que nous renouvelions cette promotion sur le port l'année prochaine. Cela ne doit pas vous empêcher de commander d'ici là ;-)


Nous vous en avions touché deux mots lors de la dernière newsletter. La présentation du site a été légèrement revue, plus lisible et plus ergonomique pour les visiteurs.

Et maintenant, place aux vins !... 

CHAMPAGNE

Tarlant


Nous avons pu avoir quelques bouteilles de Vigne d'Or 2003 (10 ans sur lattes !) et de Vigne d'Antan (11 ans sur lattes et hénaurme millésime). N'hésitez pas trop longtemps : la dernière fois, elles étaient parties très très vite... 


LOIRE

Domaine des Huards 




Nous finissions par ne plus croire à un retour de cette cuvée JM Tendresse. Cette "vendange tardive" de Romorantin n'est faite que lorsque l'arrière-saison le permet. Ce fut le cas en 2014, un millésime où l'acidité était aussi de la partie. Nous sommes donc sur un demi-sec avec beaucoup de fraîcheur. L'équilibre est juste superbe, avec un côté très cristallin. Pour 12 €, c'est vraiment cadeau. Merci Jocelyne et Michel !

Patrick Baudouin



Retour des diverses cuvées de Patrick Baudouin dans des nouveaux millésimes : Effusion 2014, les Saulaies 2011Le Cornillard 2014... et puis deux nouveautés : La Fresnaye 2014, un Anjou sec provenant d'une veine calcaire, et Les Zersilles 2010, un Quart de Chaume superbement équilibré (154 g/ de sucres résiduels).

Sébastien David


Après un long règne du 2013, voici venir l'Hurluberlu 2014. Plus concentré que son prédécesseur, il demande encore une petite phase de garde avant d'être apprécié pleinement. Si vous pouvez attendre jusqu'au printemps, prochain, ce serait parfait, et pour lui, et pour vous :-)

Pierre-Olivier Bonhomme



Sur le millésime 2015, le Pineau d'Aunis la Tesnière a été vendangé en quantité suffisante pour ne pas avoir besoin d'être complété par du Gamay. Nous avons fait aussi rentrer son Cheverny rouge 2015 (pas encore goûté, mais vu le millésime ... ça doit être bien !).

François Pinon


Il a fallu se réapprovisionner une troisième fois chez François Pinon. Nous en avons profité pour prendre quelques références en plus : les trois argiles 2015, un demi-sec dans un style plus tendre que Silex noir (lire ICI), et Botrytis 2005, un liquoreux avec 152 g/l de sucres résiduels.


BOURGOGNE

Domaine des Rouges Queues


L'ensemble des 2015 du domaine nous sont arrivés mi-septembre, avec une nouveauté : l'Aligator, qui vous l'aurez compris est un Bourgogne Aligoté. Ce serait dommage de l'utiliser dans un Kir, car il est vraiment très bon par lui-même, avec une acidité des plus discrètes. Pour en savoir plus, lire ICI.

Vous aurez remarqué sinon que les tarifs du domaine ont sensiblement augmenté. Ce n'est pas dû au très bon millésime 2015 mais au catastrophique 2016 où Isabelle et Jean-Yves Vantey ont perdu plus de 70 % de la récolte. Acheter les 2015 au nouveau prix est donc une façon de les soutenir pour cette année difficile. 

Naudin-Ferrand


Lors de la précédente commande chez Claire Naudin, nous étions déjà passés sur 2014 su certaines cuvées comme Viola odorata ou Myosotis arvensis. C'est maintenant aussi le cas du toujours réussi Côtes de Nuits-Village. Nous avons aussi repris de l'Echezeaux Grand Cru 2014. car nous avions été dévalisés en quelques jours la dernière fois. Il faut dire qu'un Grand Cru bourguignon d'un bon vigneron à "seulement" 110 €, c'est devenu quasi cadeau de nos jours... 

JURA

Valentin Morel


Nous avons reçu il y a peu les vins de Valentin Morel, symbole d'une nouvelle génération de producteurs jurassiens. Contrairement à certains, il n'est pas parti de zéro : il a repris le domaine familial en 2014 dans le cadre d’une reconversion professionnelle. C’est en effet après des études de Droit et un poste de fonctionnaire-attaché de préfecture qu'il a décidé de revenir à ses origines paysannes. Sa reconversion lui a été inspirée par Matthew B. Crawford ( dont l'éloge du carburateur peut être considéré comme un manifeste pour une approche intellectuelle des métiers considérés à tort comme « manuels »), Rudolf Steiner (sa puissance de perception du monde sensible et ses nombreuses prémonitions dans le domaine agricole via son Cours aux agriculteurs font de lui un penseur dont l’invitation à l’observation et à la méditation nous accompagne au fils des saisons) et Masanobu Fukuoka, fondateur de la permaculture.

« Les pieds sur terre » traduit d’abord un état d’esprit, mais également, s’entend comme un hommage à nos pairs pionniers du « bio » qui, souvent raillés, ont en réalité choisi ce mode de culture de manière pragmatique et visionnaire. C'est aussi un hommage à une émission de France Culture qui porte le même nom et qu'il écoute quotidiennement en travaillant dans les vignes.

En attendant des Savagnins pas encore en bouteille, nous avons déjà reçu deux Chardonnays assez différents l'un de l'autre. Afin de savoir lequel correspond le plus à votre sensibilité, vous trouverez ICI une dégustation comparative des deux cuvées.

Pignier


Nous nous y sommes pris un peu tard pour passer notre commande chez Pignier. Ce qui fait que pas mal de vins n'étaient plus disponibles (soupirs...). Mais bon, il restait tout de même quelques belles choses. Le Percenette, par exemple, excellent sur 2014. Mais aussi le Poulsard En Chôné 2015, un vin tout en dentelle avec un fruit d'une pureté désarmante. Et puis, les fêtes approchant, nous avons aussi pris du Vin de paille 2009, idéal pour les fins de soirée :-)

SAVOIE

Domaine des Ardoisières


En attendant les grandes cuvées du domaine,  toujours en élevage pour l'instant, vous pourrez patienter avec Argile blanc et Argile rouge 2015. Faciles d'accès, elle peuvent se boire dès aujourd'hui. 

RHÔNE

Domaine les Bruyères


David Reynaud poursuit le relooking de ses différentes cuvées. Après les Beaumonts l'année dernière, ce sont les IGP des Collines Rhodaniennes qui trouvent en 2015 une nouvelle jeunesse. Cela ne s'arrête pas à l'étiquette : le bouchon est lui aussi très différent.


Nous n'avons pas encore goûté le Monestiers blanc 2015, mais la Syrah change de style, avec plus de fruit et de matière, plus dans l'esprit Vin de Pays que "mini-Crozes". Pour en savoir plus, c'est ICI

Eric Texier


Il n'y a chez ce producteur que des changements de millésimes : Vaison la Romaine et Brézème Vieille Serine passent en 2013, Saint-Julien Saint Alban et la Côte Rôtie en 2014. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les 2013 sont plus taillés pour la garde, alors que 2014 offre un plaisir immédiat. 


Combe de la Belle

Combe de la belle, c'est une longue histoire avec Vins étonnants. Nos "vieux" clients doivent se rappeler des cuvées Jonas, Jazz ou Hugo. Cette dernière était particulièrement étonnante puisqu'elle réunissait deux cépages assez rares : l'Aubun et la Counoise. Un vin délicieux, épicé, avec un excellent rapport qualité/prix. Et puis, hélas, en 2011, Philippe Briday a décidé de mettre fin à l'aventure. En 2012, le domaine a été repris par Laure et Eric Goudou. Ils ont passé pas mal de temps à remettre les vignes en état (pas mal de manquants) et à planter de nouveaux cépages (comme le Terret-Bourret). Et puis, il y a peu, ils ont eu la bonne idée de nous recontacter. Nous avons dégusté quelques échantillons et ma foi, ça nous a bien plu. Et comme les prix sont restés aussi raisonnables qu'autrefois, nous nous sommes dits "pourquoi pas ?"

Pour découvrir les 4 cuvées, dont un rosé assez incroyable, c'est ICI.

Terre des Chardons


La Clairette de Bellegarde est un classique de Vins étonnants depuis pas mal d'années. Jérôme Chardon propose désormais une version plus fraîche et tonique : Clairette d'été 2015. Elle sera parfaite pour l'apéro, les fruits de mer ou les poissons grillés.

CORSE

Famille Arena


Oui, il faut dire famille, maintenant. Car depuis le millésime 2014, Antoine a cédé certaines parcelles à ses deux fils, Antoine-Marie et Jean-Baptiste, tout en continuant à produire certaines cuvées. Ce qui multiplie le nombre de références (nous en avons 17, maintenant). Nous n'avons pas encore fait de dégustation comparative, mais ce serait certainement intéressant. 

Antoine-Marie a innové en assemblant trois cépages blancs dans une seule cuvée : Bianchi. Le vin étant tout jeune, c'est le Muscat qui domine aromatiquement, avec en arrière-plan des notes anisées. En bouche, les trois cépages réussissent à s'harmoniser parfaitement : il y a de la rondeur, de la fraîcheur, de la profondeur, et juste ce qu'il faut de tension. En finale, c'est logiquement le Muscat qui l'emporte. Cela vaudrait certainement le coup d'en garder une bouteille quelques années, histoire de voir quel cépage prendra le dessus. On pourrait avoir de belles surprises. 


L'autre surprise sur la palette, c'est cette vendange surmaturée de Vermentino de 1998, longuement vieillie en fût entreposé à l'extérieur. Maintenant que les analyses ADN ont montré que ce cépage est très proche du Furmint qui donne naissance au Tokaj (et aux Malvasia de Madère), cela peut sembler logique de de produire des liquoreux 100 % Vermentino. Celui a été vendangé à 27 ° potentiel. Comme les levures corses ne sont pas fainéantes, elles ont réussi à produire un vin à 15 °. Mais il reste encore 200 g de sucres résiduels (qui passent comme une lettre à la poste, car il y a une bonne acidité). 

Mariotti-Bindi


Sur la même palette de la famille Arena, il y avait aussi les nouveaux millésime de Nicolas Mariotti-Bindi : 2013 pour les rouges Porcellese et Mursaglia, 2014 pour le blanc Mursaglia (pas encore goûté...)

LANGUEDOC

Costes-Cirgues



Ce domaine familial situé à Sommières ne produit que des vins sans sulfites ajoutés. Mais si on ne vous l'a pas dit, cela ne se devine pas : toutes les cuvées sont des modèles de pureté. Non seulement ça ne "pue" pas, mais leur nez sont d'une complexité et d'une délicatesse rarement rencontrées. Pour la découverte de chaque cuvée, c'est ICI.


Terrasses de Gabrielle


Nous sommes réapprovisionnés chez Olivier Pascal en Ponpon le Cheval et en pour quelques raisins de plus. Nous en avons profité pour prendre le nouveau millésime de Wonderland (un Cabernet Franc qu'a beaucoup apprécié Jancis Robinson) et de Et moi, et moi, et moi. Et puis, il y a une nouveauté : Soif d'idéal, un Saint-Chinian blanc non boisé. C'est très sympa ... et pas cher, comme souvent chez ce producteur (lire ICI).

ROUSSILLON

Laguerre


Comme cela se pratique dans le Sud-Ouest, plusieurs de nos vignerons du Roussillon distribuent leurs vins via une plateforme. Ce qui nous donne la possibilité de commander en même temps des vins de certains de leurs confrères. C'est ainsi que nous avons référencé pour l'instant deux cuvées du domaine Laguerre (le Ciste n'est pas disponible pour l'instant). Celui-ci ne nous pas attendu pour se forger une belle réputation. Ce qui est intéressant, c'est qu'il est établi sur des sols encore différents de Roc des Anges, Olivier Pithon ou de Danjou-Bannessy. Nous sommes ici sur des coteaux granitiques pour les vignes les plus élevées, sur des arènes granitiques pour les plus basses (comme Modat, donc). 

Le blanc Eos est plutôt destiné aux amateurs de vins "minéraux" . Il est juste égayé par des notes de sauge et de fenouil. Sinon, c'est tension et finesse à tous les étages, avec une belle amertume finale. Un vin d'esthète plus que de jouisseur.

Le rouge Le passage est à dominante Carignan (80 %) complété par de la Syrah et du Grenache. Le nez est très cerise noire/noyau/épices. La bouche est pulpeuse, charnue, pleine de fruits. La finale est tonique, mâchue, avec de l'énergie à revendre. Un vin attachant !


SUD OUEST

Domaine du Cèdre


Nous vous annonçons le retour de l'Extra-Libre, le Cahors sans sulfites ajoutés du Cèdre. Sur 2014, ce vin était une grande réussite. En 2015, c'est encore plus concentré, plus aromatique et sensuel, sans tomber dans le too much. Ne tardez pas à l'acheter, car il risque de ne pas faire long feu... 

Domaine du Cros 


En février, nous avions eu l'occasion de déguster côte à côte Lo Sang del Païs 2014 et 2015. Le 2014 était très bon, mais le 2015 était vraiment une classe au-dessus tout en gardant le style digeste du domaine (12.5 % alc.vol) et un prix abordable (7.60 €). 

Causse Marines


Un rapide passage à Gaillac a permis de récupérer des bouteilles chez trois producteurs. À Causse Marines, nous avons fait le plein de Peyrouzelles et de Greilles (que nous avions déjà eus sur ce millésime 2015). Et puis récupéré les récemment embouteillés Zacm'orange 2015 et Du rat des pâquerettes 2015. Oups, pardon : 5102. Sans oublier quelques flacons de Mysterre pour les amateurs de vins hors normes. 


Au domaine d'Escausses, nous avons repris des Caisses des Anciens car nous avions été dévalisés le mois dernier. Hélas, il n'y avait plus une seule bouteille d'Enclos des Roses rouge, que ce soit en 2009 ou en 2010. Il faut encore patienter quelques mois, et vous aurez le ... 2015 (en même temps que La Croix Petite) ! 

En attendant, nous avons fait rentrer deux nouvelles bulles gaillacoises : le Brut de l'Enclos des Roses (dont il est question ICI) et l'En Clair Trilles Demi-sec, une gourmandise qui se boit aussi bien au moment du goûter qu'avec un dessert (galette, tarte aux fruits). Mais aussi les deux "petits vins" d'Aurélie Balaran : le Petit Enclos blanc (un étonnant assemblage Mauzac-Ondenc) et le Petit Enclos rouge (un pas moins étonnant assemblage Duras-Prunelart). Dans les deux cas, le rapport qualité/prix est top (9 € la bouteille).
Bordatto


Etant donné le succès des cidres vins de pomme du domaine, nous avons pris cette fois-ci toute la gamme, dont MokofinBihotz et Joko. Ce dernier est une étonnante alliance du Tannat et de la pomme. Du moût de raisin a été muté avec de l'eau de vie de pomme distillée au domaine. Du coup, le cerveau est un peu en mode panique, car il se demande ce que vous êtes en train de sentir et boire. Pomme ? Raisin ? Un peu des deux... 

Bordaxuria


La grande cuvée en rouge du domaine est sortie : plus concentrée et boisée que l'Irouléguy "normal", Kixka demanderait encore quelques années de garde pour arriver à son optimal. Mais on peut déjà se faire plaisir avec une belle côte de boeuf ou du confit de canard.


VINS ETRANGERS

ALLEMAGNE


Eric B. ayant l'occasion de goûter toute la gamme lors d'un passage au domaine, nous avons augmenté le nombre de références, histoire que vous les découvriez à votre tour : en plus des "schistes gris", voici donc les "bleus" (plus typé/fumé) et les "rouges" (plus rond et aérien). Falkenlay 2011 dévoile un super équilibre entre fraîcheur/tension et richesse. On monte encore d'un cran avec le Fahrlay-Terrassen 2014, juste magnifique. Et encore d'un (si, si, c'est possible) avec le Marienburg Felsterrasse, rien moins que sublime. 

AUTRICHE

Sepp Moser


Une nouvelle commande de Sepp Moser est arrivée il y a un petit mois. Rien de bien nouveau, si ce n'est le nouveau millésime du Chardonnay Trockbeerenauslese (TBA pour les intimes ou les fainéants). En 2015, ce vin serait en France un Moût de raisin partiellement fermenté, car il n'a que 5.5% d'alcool ... et 395 g de sucres résiduels (soit une vendange à 29 ° de potentiel - le niveau de concentration d'une Madame de Tirecul la Gravière). À 20.90 € la bouteille de 37.5 cl, c'est limite cadeau... 

ESPAGNE

Terra Remota


Ce domaine a été créé de toute pièce par un couple passionné de Perpignan, Emma et Marc Bournazeau, en y mettant dès le départ les grands moyens : agriculture bio, chai high tech et design. Il est situé à 15 km de la mer Méditerranée tout en étant au pied des Pyrénées. Le rouge Camino est en appellation Empordà alors que le blanc Caminante est en appellation Catalunya (il contient du Chenin, non reconnu par Empordà). Le style des vins est moderne ... sans tomber dans l'excès. 

Barranca Oscuro


Plein de nouveautés de ce domaine à venir dans les prochains jours...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire