Newsletter rentrée 2018


4 grands thèmes dans cette lettre :

1) La Foire aux Vins made in Vins Étonnants

2) Tournée de livraison Belgique/Luxembourg fin octobre

3) Nouveau visuel du site et renforcement de l'équipe.

4) RGPD

5) et bien sûr les nouveautés  




12% DE REMISE SUR L'ENSEMBLE DES VINS EN STOCK

Remise non applicable sur les frais de port et sur les achats des clients professionnels

Offre valable jusqu'au 30 septembre 2018
Insérez dans la case "Code promotionnel" le code

FAVETONNANTE2018 

Nous ne vous imposons pas ainsi une remise sur une sélection de vins qui nous arrange !

Remise un peu plus importante cette année, car de nombreux producteurs ont dû augmenter leurs prix du fait des gelées de 2016 et 2017 et de la sécheresse de 2017.




Une tournée de livraison est prévue semaine 43 sur la Belgique et Luxembourg pour un forfait de 11€ avec un franco à 500€ (12 bouteilles minimum) . Vous serez ainsi directement livrés par nos soins et nous aurons le plaisir de faire votre connaissance!

Pour ce faire, veuillez choisir le mode de livraison "Tournée Bel/Lux oct 2018" 




Nouveau visuel 

Le site fera peau neuve sur cette fin d'année. Les outils de recherche ne changeront pas fondamentalement. 

Nous améliorerons la lisibilité et vous pourrez, d'un coup d'œil, avoir des informations sur sa couleur, le style de vin, s'il est bio, bioD, sans sulfites ajoutés...

Par ailleurs, l'équipe s'étoffe avec l'arrivée de Charlène, en charge de l'administration des ventes.
Elle vous préviendra ainsi en amont des retards de livraison.  



RGPD 

Compte tenu de notre activité, nous devons nous conformer à la RGPD. Vous allez recevoir d'ici peu un email spécifique, que peu liront mais bon, dura lex sed lex ...

Nous pouvons déjà vous informer succintement  que nous ne communiquons pas vos coordonnées à des tiers à des fins commerciales. Vos données sont communiquées aux transporteurs afin qu'ils puissent vous contacter et vous informer, et votre email à Avis Vérifiés afin que vous puissiez émettre un avis. 

Notre serveur OVH conserve aussi vos données de navigation et vous envoie un cookie afin de vous reconnaître lorsque vous consultez notre site internet.

La société qui intervient sur notre site a accès aux bases de données mais est soumise à une clause de confidentialité.

Nous ne conservons aucune donnée client sur notre matériel informatique de bureau.

La torpeur estivale ne sera, une fois de plus, pas une excuse pour vous présenter de nouveaux domaines comme le domaine Finot en Savoie et Rhône, Jean-Marc Millot en Bourgogne, des vins blancs slovènes et des Barolo de Luciano Sandrone,...

Arrivage du millésime 2017 du domaine Julien Meyer en blanc et rouge, de notre allocation des Champagne Agrapart, Gras Moutons 2017, Chateauneuf du Pape 2017 de Gradassi, Vigne d'Albert 2017 de Tour de Gendres, Viti Vini Vinci, le nouveau Gorges 2014 de La Pépière, les St Joseph blanc,rouge et Condrieu du domaine Barou, le nouveau millésime du domaine des Bruyères et bien d'autres encore !

LES NOUVEAUTÉS

CHAMPAGNE 

Agrapart




Comme chaque année au mois de septembre, nous recevons notre allocation de chez Agrapart. Sur Terroirs  et 7 Crus, nous sommes plutôt bien servis. Mais sur Avizoise, Complantée et Minéral, les quantités sont très limitées. N'hésitez donc pas trop longtemps, car quand il n'y en a plus, il n'y en a vraiment plus. 

ALSACE

Rietsch


Les vins de Jean-Pierre Rietsch sont de retour : Quand le chat n'est pas là, Demoiselle, Entre chien et loup, le Klevener d'Keiligenstein, etc. Certaines cuvées sont déjà épuisées hélas.

Julien Meyer


Nous avons reçu début septembre les cuvées de Patrick Meyer. Des désormais "classiques" comme le Muscat Petite Fleur, les Riesling Zellberg et Muenchberg ou le Pinot noir  Pierres chaudes. Et deux nouveautés : un Pinot gris sec de macération à la couleur évoquant un Pinot noir un peu évolué, et un Pinot noir, justement, appelé le Vieux Chemin, plus typé nature que Pierres Chaudes. 

Valentin Zusslin


Chez Zusslin, il y a pas moins de quatre  nouveautés : deux Gewurztraminer – un sec d'une grande complexité et un demi-sec frais et minéral –  un Pinot noir (Ophrys) et  un Alsace sec  à l'assemblage pour le moins atypique : 1/3 Pinot gris, 1/3 Pinot noir et 1/3 Auxerrois. 


LOIRE

Divin Loire


Nous n'avions pas franchement prévu de référencer ce tout nouveau domaine créé en 2015. Pour la simple raison que nous n'en avions jamais entendu parler. Et puis, un matin, un représentant – qui ne fait pas du tout représentant – passe nous voir pour nous le présenter. C'est en fait un ami des vignerons, Aude et Emmanuel Clavier , qui s'est donné pour mission de faire connaître Divin Loire

Pourquoi ce nom – et la déclinaison mythologique qui en découle ? Eh bien, le couple s'est dit qu'à défaut d'un long historique du domaine à raconter,  autant trouver des noms qui parlent à chacun de nous. Et comme ces gros malins de dieux n'ont pas eu l'idée de déposer leur nom à l'INPI, on peut s'en servir ;-) 

Le vignoble est situé entre Sologne et Touraine, sur des plateaux sablo-argileux à 100 m d'altitude. Cela en fait un des terroirs les plus tardifs de la région, aboutissant à des maturités lentes ... et une profondeur et une complexité que l'on n'attend pas forcément de ce secteur ligérien peu réputé (pour l'instant !). Ajoutons que le domaine est en conversion BIO depuis deux ans et que les doses de sulfites sont des plus raisonnables.

Nous les avons reçus en deux temps. Nous parlons de la première "fournée" ICI et de la seconde . À noter que dans la dernière, il y a un Pineau d'Aunis superbe (probablement le meilleur que nous ayons jamais dégusté). 

La Sénéchalière


Marc Pesnot s'est lancé à son tour dans l'aventure du "vin orange" avec sa 13ème heure.  La robe est d'un doré intense, plus proche d'un liquoreux que d'un blanc sec. Le nez est mûr et concentré, sur les fruits blancs séchés (pomme et poires tapé·e·s) et les épices douces. La bouche est ronde, très ample, avec une matière dense et douce, presque voluptueuse, tout en gardant un bel équilibre. Le Melon de Bourgogne comme vous ne l'avez jamais bu ! Un léger filet de gaz apporte le tonus et la fraîcheur nécessaires. La finale a un relief hors norme, avec des amers magnifiques, des notes salines, une foison d'épices. C'est à la fois baroque et profondément minéral. Une très belle réussite !

Il ne faut néanmoins pas oublier sa folle blanche et Miss Terre, particulièrement réussis cette année. 

Sébastien David


Retour des cuvées KeZaKo et  Hurluberlu. Contrairement à l'année dernière où Sébastien David avait dû acheter des raisin, l'Hurluberlu 2017 est en AOP Saint-Nicolas de Bourgueil avec les labels Bio et Demeter. Hurluberlu quasi épuisé hélas mais il reste du Kezako. 

François et Julien Pinon


Les 2017 de François et Julien Pinon sont arrivés il y a peu. Ils différent totalement des millésimes précédents. L'acidité est moins marquée (pH plus élevé de 0.2) et il y a plus de rondeur que d'ordinaire. Du coup, la cuvée Déronnières a été vinifiée en sec, car l'équilibre était parfait ainsi (du sucre l'aurait alourdie). Silex noir, plus tendue, a conservé une dizaine de grammes de sucre, peu perceptibles. Itou pour les Trois argiles qui sont déjà d'une grande gourmandise. Difficile de savoir si ce changement de style n'est que provisoire ou s'inscrira dans la durée. Ce sera la climatologie qui décidera. Plus de détails ICI et

Pierre-Olivier Bonhomme


Pierre-Olivier Bonhomme a déniché un producteur qui possède une parcelle de Melon de Bourgogne, ce qui est rarissime en Touraine. Il en a fait une cuvée 100 % Melon. Comme tous les vins de ce négociant-éleveur, aucun sulfite n'est ajouté, même à la mise. 


Clos du Tue-Boeuf


A force de faire des allers-retours en Géorgie et d'être le principal importateur de ces vins en France, on finit par avoir envie de faire ses propres cuvées en qvevri. Voici donc Qvevri blanc et Qvevri rouge signés Thierry Puzelat. Le premier est 100 % Sauvignon. Le second est un assemblage 90 % Côt et 10 % Gamay. 

A noter aussi l'apparition d'un Coteaux du Giennois (Pinot/Gamay)


Afin de compléter sa gamme de crus communaux, la Pépière a fait un échange de moût avec le domaine Brégeon, le plus réputé de Gorges. Le successeur de Jean-Joël, Fred Lailler, a entamé une conversion vers l'agriculture biologique qui sera terminé en 2018-2019. Ce qui explique que ce 2014 n'est pas BIO. 

Le moût a donc fermenté et a été élevé sur lies dans les chais de la Pépière durant plus de trois ans. Comme peuvent l'être les vins de Brégeon, on a affaire à un vin de garde qui ne se révèlera qu'avec le temps. Pour l'instant, on est en face d'un très joli vin. Mais dans 7-8, voire 10 ans, il sera assurément grand !


Philippe Gilbert


D'une façon presque synchrone, les 2017 sont arrivés de Menetou : le blanc, bien sûr, mais aussi deux rouges 100 % Pinot noir : le Hors-Série (sans soufre) et le Préambule, une approche toute en délicatesse de ce cépage. Et puis une nouveauté : l'Emoustillant, une méthode ancestrale également issue du pinot noir, avec toujours cet esprit de finesse cher à Philippe Gilbert. 

Rocher des Violettes


Sur la dernière palette qui nous est arrivée de chez Xavier Weisskopf, il y avait en plus de Négrette et Touche-Mitaine trois "petits" vins qui ne sont pas en appellation Montlouis. Nous vous avons déjà parlé du Chardonnay ICI en décembre dernier. Par contre, le Touraine rosé et le Chenin sont des vraies nouveautés à Vins étonnants

Le Touraine est un rosé de pressée issue de vieilles vignes de Côt et de Grolleau. En Loire, on pratique plus souvent la saignée, ce qui apporte un fruit gourmand. Là, seul ressort le caractère poivré/épicé des cépages. Ce qui en fait un rosé "cistercien" qui devrait plaire à ceux qui n'aiment pas d'ordinaire cette catégorie de vins. 


Le Chenin est issu de raisins provenant de Vouvray (sur argiles à silex).  Xavier Weisskopf a été confronté aux mêmes problèmes que Jacky Blot et François Chidaine. La vinification s'étant effectuée à Montlouis, cette cuvée a été classée en Vin de France. Précisons qu'elle a été vinifiée et élevée dans des demi-muids de 500 l de plusieurs vins.

Plus de détails en vous rendant  

Verdier-Logel



Difficile de clore sur la Loire sans remonter à sa source : direction Forez, donc, où nous nous sommes rendus il y a peu (lire ce reportage).  En plus de découvrir les vignes de Riesling, Gewurz et Malbec – peu courantes dans le secteur – nous avons dégusté toutes les cuvées produites en 2017. Les rouges sont excellents (avec une mention ++ pour Poycelan). En blanc, nous avons particulièrement apprécié  Pierrelune  (Pinot gris) à qui le millésime a très bien réussi. Mais aussi Pupschen (Gewurz), fin, aérien, pas du tout entêtant. 


BOURGOGNE

Jean-Marc Millot




Jean-Marc Millot est un vigneron plutôt discret qui produit des vins sur la finesse et la fraîcheur. Depuis 2014, sa fille Alix commence à prendre le relais et apporte encore plus de précision et de délicatesse aux vins. Nous avons pu avoir quelques Côtes de Nuits et Vosne-Romanée. Y a plus qu'à tester ;-)

Les vins de Patrick Piuze sont arrivés sur la même palette. 


Vini Viti Vinci

Et revoici les vins de Nicolas Vauthier avec ses étiquettes "frivoles". On ne pourra pas lui reprocher de ne mettre que des femmes en tenues légères : les hommes y ont droit aussi, Dark Vador inclus ! Serez vous attiré par le côté obscur ,  les Rouquins ou  les Vieilles ? Chacun son truc, hein. Quel que soit votre choix – et la couleur –  les vins sont fins, frais, fruités, sans les déviances que l'on peut trouver dans pas mal de vins "nature". 


RHÔNE 

Domaine Finot


C'est au Salon Biotop Wines en janvier dernier qu'Eric R a découvert les vins de Thomas Finot. En passant devant le stand, il a aperçu Persan, Verdesse. Il s'est dit : "ça, c'est pour nous !" Il a dégusté, donc, et a été séduit : des vins fins, précis, fidèles aux cépages, venant d'une région que la vigne a désertée il y a plus d'un siècle, le Grésivaudan (Isère). Thomas a démarré en 2008, alors que le secteur n'avait rien de tendance. Depuis 5-6 autres jeunes vignerons se sont installés, privilégiant les cépages locaux et la culture bio (lire ICI). Si Thomas Finot est originaire de Crozes-Hermitage, il a bourlingué aux quatre coins du monde après ses études d'œnologie. Une très bonne école qui donnent souvent de bons résultats, comme l'ont montré Pierre Ménard, Nicolas Grosbois ou Laurent Barth... 

Pour découvrir toute la gamme, nous vous invitons à vous rendre sur cette PAGE


Domaine Les Bruyères


Cela devait arriver : David Reynaud produit à son tour un "vin de macération" : l'inattendu (qui n'a rien à voir avec l'inattendu). Celui-ci est à base de Marsanne (95 %) et Roussanne (5%). Les raisins égrappés sont restés un an en amphore. Au final un vin concentré avec beaucoup de fraîcheur et des tannins inhabituels pour un blanc. Sur un assemblage proche (90 % Marsanne et 10 % Roussanne) vient aussi de sortir Les petites bêtises (qui est IGP Collines rhodaniennes et non un Crozes-Hermitage blanc comme  Aux bêtises). 

Clos de la Bonnette


Cela faisait quelque temps que nous l'attendions : les Montabonnet ont pu récupérer une parcelle de Côte-Rôtie située sur le coteau de Tupin, sur des sols de granit et gneiss, avec une pente à 50% (terrasses indispensables).  Entourée par les vignes de Jean-Michel Stéphan, depuis longtemps en bio, elle ne devrait pas être trop empoisonnée par les voisins. Elle a été bien sûr convertie de suite en Bio comme le reste du domaine. Cette Côte Rôtie 2016 a été élevée 18 mois en barriques (non neuves). 

Domaine Barou


Nous passons en 2017 sur les Saint-Joseph blancs et rouges, ainsi que sur le Condrieu

LANGUEDOC

Michel Louison



C'est toujours la première fois, c'est ce qu'a dû se dire Michel Louison lors de ses premières vinifications au domaine La Martine à Limoux : malgré plusieurs décennies au Château d'Estanilles, on est toujours aussi ému lorsque l'on donne naissance à un nouveau millésime. Vu la situation géographique du domaine, il n'est pas étonnant d'y retrouver le Chardonnay. Pas étonnant non plus d'apprendre qu'il est élevé en fût, à l'instar des vins blanc que produisait  Michel Louison à Faugères (et qui vieillissaient magnifiquement). La suite ICI... 


Malavieille


Nous venons de recevoir simultanément les nouveaux millésimes de Louise et de Boutine, deux des blancs signés Malavieille. Louise est la cuvée sans sulfites du domaine. Son assemblage change d'année en année : on est passé du Carignan blanc au Terret. Cette fois-ci, elle réunit le Vermentino, le Viognier et la Roussanne. On a donc une aromatique plus expressive, tout en restant frais et équilibré. Boutine, c'est un hymne d'amour au Chenin. Le domaine a été l'un des premiers à en planter dans le Languedoc suite à un voyage en Afrique du Sud : les sols de grès rouge leur avaient rappelé les terres ferrugineuses de Malavieille. Si le Chenin se plaisait là-bas, pourquoi pas au Salagou ? Oui, c'est un peu dur  pour ceux qui voyaient en la Boutine un hommage aux blancs ligériens...  Un compte-rendu sur ces deux vins ICI.



Mas des Chimères 


Voici deux nouvelles cuvées du Mas des Chimères en plus des habituels blanc et Nuit grave.  Comme elles sont toutes les deux à 9.90 €, le prix ne peut pas être un critère de choix. Par contre, Clin d'oeil est en BIO alors que Grains d'ailleurs ne l'est pas. Cela décidera déjà certains à préférer l'une à l'autre [comme son nom l'indique, Grains d'ailleurs est une cuvée "solidaire" dont les raisins proviennent de trois domaines voisins ]. 

Mais bon, si vous êtes amateur de vin avant d'être idéologue, ce sera plutôt le profil du vin qui vous intéressera. Et il est peu de dire que ces deux cuvées ne se ressemblent pas du tout, si ce n'est peut-être dans les finales un peu serrées, dues à une mise en bouteille récente.  Pour lire le comparatif de ces vins, c'est

Les terrasses de Gabrielle



Les vins des Terrasses de Gabrielle sont de retour ! Tout d'abord deux vins blancs : Soif d'idéal est désormais un classique du site, que beaucoup ont déjà pu appréciée. Huracan, c'est le p'tit nouveau de la bande. Il est atypique dans son assemblage (Petit Manseng, Chenin, Vermentino) et provient de deux terroirs très différents (schistes et argilo-limoneux). Une cuvée qui a donc toute sa place à Vins Étonnants ! (lire ICI)


Et puis deux vins rouges: deux monocépages (Counoise pour Ponpon le cheval, Cinsault pour Zéro just for one day) aux extractions douces, peu ou pas sulfités. Les deux sont bouchés à vis (choix que devraient faire plus souvent les producteurs de vins "nature", car plus protecteurs contre l'oxygène). Il est donc conseillé de bien les aérer, voire les carafer, même s'ils ne sont ni réduits, ni perlants. Il faut juste les voir comme un type au départ discret, et qui devient tout de suite plus bavard dès que vous le mettez à l'aise. Ben là, c'est pareil (pour la suite... c'est ).

Mas de mon père


Retour des différentes cuvées de Frédéric Palacios : le duo Cause toujours / Tu m'intéresses, C comme ça, Quitte ou double...  Pour l'instant, nous n'avons goûté que Tu m'intéresses (parce que ça nous intéressait) : ça commence très glouglou-carbo pour finir beaucoup plus vin de terroir, avec des épices et de la minéralité. Pour 9.90 €, rien à redire !

Jean-Louis Denois


Jean-Louis Denois ne se contente pas d'importer des vins espagnols. Il continue à produire des bons vins, avec des rapports qualité/prix souvent incroyables. Le dernier exemple en date : un Merlot réserve bio 2016 du niveau d'un bon Bordeaux pour seulement 7.90 € (lire ICI). Et n'oublions pas sa Blanquette de Limoux Brut Nature sans sulfites à moins de 10 € (lire ).
Vont arriver d'ici peu son nouveau Crémant Blanc de Blanc (Chardonnay Chenin Mauzac) nature sans sulfites ajoutés, Terrasses de Fontanes bio (Syrah Grenache) sous le signe de la pureté et l'élégance.

Jeff Carrel


Dans son style Cabernet Sauvignon au boisé finement dosé, ce Villa des Anges réserve est une belle réussite. Après, selon les goûts des uns et des autres, on pourra adorer ... ou pas. Reste que le rapport qualité/prix est excellent, avec peu de concurrents crédibles à ce niveau de prix (6.90 €). 

Ella Alban Vigneron(ne)


Josette et Raymond est la dernière cuvée signée Alban Michel. Principalement issue de Carignan, elle a un nez expressif, sur les fruits noirs mûrs (myrtille, mûre), le poivre, avec une touche résineuse/balsamique et une pointe de volatile. La bouche est ample, enveloppante, déployant une matière mûre, juteuse, veloutée, étirée par une fine acidité (légèrement volatile, mais du bon côté de la force). La finale est savoureuse, avec une mâche légèrement crayeuse et un fruit frais et tonique, et toujours cette fine acidité qui prolonge longuement le vin. Bref, un nature pas trop typé nature (mais un peu quand même !)

ROUSSILLON

Domaine Vaquer


Un amateur aimerait bien pouvoir déguster des vins à maturité, mais il n'en a pas toujours en cave, surtout lorsqu'ils viennent du Roussillon. Ils sont souvent bus depuis longtemps. Le Domaine Vaquer a eu la bonne idée d'en conserver, d'autant qu'il dispose pour cela d'une ferme située à 1300 m d'altitude, propice à un vieillissement harmonieux. Au programme, des blancs secs 100 % Maccabeu 1985 et 1986 ; et des rouges majoritairement Carignan sur les millésimes 1980, 1985, 1986 et 1988. Nous n'avons pas encore dégusté les rouges, mais voici le comparatif des deux blancs

Est également disponible un Rivesaltes ambré 1986 vieilli 30 ans en fût avant d'être embouteillé. 

SUD-OUEST

Sandrine Farrugia


Depuis 2-3 ans, lorsque vous goûtez à un stand les vins d'Elian da Ros, il vous est aussi servi aussi les vins de Sandrine Farrugia, sa compagne. À chaque fois, ce fut un électro-choc, les vins de Madame surpassant parfois ceux de Monsieur. Ce fut particulièrement le cas cette année à la Dive, où Épiphyte 2014 domina les débats. Nous nous sommes dits que vous DEVIEZ les connaître, vous aussi. Les voilà donc étonnantisés. Pour découvrir les 3 cuvées, c'est ICI


Labranche Laffont


Christine Dupuy mène le domaine depuis 25 ans, avec une attention particulière pour l'environnement (conversion en bio à partir de 2011) et des vinifications soignées sans intrant hormis un peu de soufre. Elle possède l'une des seules vignes préphylloxériques de l'appellation (plantées en 1870). Après éraflage, les petites baies concentrées sont vinifiées en barrique de 500 l ouvertes sur le dessus (pigeage manuel). Cela donne un vin concentré d'une grande profondeur.  Cette cuvée Les Préphylloxériques n'est produite que dans les grands millésime (ici, 2010). 


Mas del Périé


Dernière minute : nous venons de recevoir les nouveaux millésimes des différentes cuvées de Fabien Jouves : Orange voilée, Amphore 2017, La Roque 2017, avec  des versions sans sulfites pour les différents vins.


Le Roc


Cela faisait un petit bout de temps que nous n'en avions pas une nouvelle cuvée de la famille Ribes.  En voici deux d'un coup. Tout d'abord  Les petits cailloux du Roc. En contre-étiquette, les pionniers du Roc expliquent sa genèse : "Les petits cailloux, ce ne sont pas ceux que l'on a dans la chaussure. C'est plutôt ceux qui permettent de trouver son chemin. Cette première cuvée concoctée par Anne et Grégoire, les jeunes pousses du Domaine du Roc, est à leur image : gourmande et élégante".

Pas grand chose à ajouter, si ce n'est que ces Petits Cailloux du Roc est un assemblage 70 % Négrette et 30 % Syrah. Assez proche de celui de Don Quichotte, sauf que ce vin est exclusivement élevé en cuve. Cela fait encore plus ressortir le caractère de ces deux cépages qui se ressemblent et se complètent. Pour en savoir plus, ça se passe .



Vin issu d'une vigne complantée dans les années 60 par Albert de Conti, dont des cépages quasi disparus dans la région aujourd'hui (Fer et Périgord). Un vin 100 % raisin, sans levure et sulfites ajoutés, d'une très grande buvabilité, tout en en ne manquant pas de fond et de personnalité. Bref, nous aimons beaucoup ! Très bon rapport qualité/prix
Lire l'article sur le BLOG

Domaine Capmartin


Le domaine s'est converti au bio depuis plusieurs années, sans toutefois se risquer au "nature". Eh bien c'est fait avec ces deux cuvées monocépages CaberNat et TanNat. Elles demandent à être bien aérées car il y a  de la réduction et du gaz, mais une fois fait, ce sont deux belles réussites, avec des fruits purs et des tannins joliment extraits. Plus de détails ICI


Clos Thou


Nous n'avions pas spécialement prévu de commercialiser ce Délice de Thou sec, issu d'achats de raisins chez des vignerons voisins. Mais les Lapouble-Laplace avaient eu la bonne idée de nous envoyer un échantillon. Nous l'avons goûté : c'était absolument délicieux ! Au nez, on serait parti sur un liquoreux, mais la bouche était parfaitement sèche, avec une acidité bien intégrée. Du coup, nous en avons pris à la commande suivante : à 9.90 € la bouteille, nous allons faire des clients heureux !

ALLEMAGNE

Clemens Busch


Nous venons de nous réapprovisionner chez Clemens Busch. Nous en avons profité pour prendre quelques références supplémentaires. . Un Halbtrocken (= demi-sec) qui se situe entre un Trocken et un Kabinett – mais qui s'avère être beaucoup plus proche d'un Trocken – et un (alter)native, un "vin de macération" plus abordable  que la cuvée O que nous avions reçue l'année dernière. Il est assez proche de ce que fait Stoeffler en la matière, avec peut-être un supplément de finesse et de tension mosellanes. Pour en savoir plus, c'est

AUTRICHE

Sepp Moser


La gamme Sepp n'existe plus. Elle est remplacée par Classic, avec toujours la déclinaison en Zweigelt et Grüner Veltliner. Ce dernier est particulièrement réussi sur 2017. Le rosé est également un régal. Et le Pinot noir. Et le Fundamental. Tous les détails ICI

CHILI


Cela fait longtemps que nous n'avions plus eu de cuvées de Pierre-Antoine Luyt , ces vin du Chili qui ont un faux-air de Beaujolais. De retour, le Truquilemu Legno duro (100 % Carignan de 70 ans) et Huasa de Pilen Alto ( 100 % Pais de 220 ans). Et deux nouvelles Pipeños en bouteille de 100 cl : Carrizal 2017 (Pais de 250 ans)  et Laja 2017 (Pais de 200 ans).  



ESPAGNE


Voici encore quelques nouveautés espagnoles sélectionnées et importées par Jean-Louis Denois : Cosos, un Campo de Borja qui sera parfait pour les grillades estivales. Viña Temprana, un rosé frais et délicieux à l'excellent rapport qualité/prix (4.50 €). Mais aussi la version BIB 3 L du Posada Tempranillo que certains ont déjà pu apprécier. Et encore plus récemment le BIB 3 L de Verdejo (blanc sec), seul BIB de blanc que nous ayons en stock.


Et puis une nouvelle cuvée chez Terra Remota : Tan natural, un vin rouge à base de Grenache et Tempranillo, vinifié sans sulfites, avec juste un ajout  à la mise (23 mg/l de SO2 total). Le résultat est très gourmand, dans un esprit "brut de cuve". Nous en parlons ICI

ETATS-UNIS

Celilo Falls


Il y a quelques mois, nous vous présentions le Riesling et le Pinot noir de ce domaine bio du nord-est des USA (État de Washington).  Cette fois-ci, c'est un Merlot. Les conditions climatiques (chaleur en journée, nuits très fraîches) lui conviennent bien : elle lui apportent une finesse et une fraîcheur rarement rencontrées sur ce cépage. Pour en savoir plus, c'est ICI.

GÉORGIE


Pas mal de nouveautés du côté de la Géorgie. En particulier un Rkatsitelli rosé de Kortavebis. Il faut savoir qu'en Géorgie, les marcs frais d'une cuvée peuvent macérer avec le moût d'une autre cuvée. En l'occurrence ici, des marcs rouges  dans une amphore de vin blanc. Atypicité garantie. 



ITALIE


Ce Monticelli Bianco est  découverte signée Puzelat Brothers qui l'importe en France : un vin "orange" produit à côté de Vérone (à mi-chemin entre Venise et Milan) par une petite Azienda cultivée en bio. C'est un assemblage Garganega et Trebbiano (= Ugni blanc). Aucun sulfite n'est ajouté, y compris à la mise. 


SLOVÉNIE


En 2003, Eric B,  Eric R et Jérôme Pérez se rencontraient grâce aux LPViades organisées par Philippe Rapiteau. (devenues ensuite les REncontres VEndéenne du VIN). Le site Vins étonnants et le forum La passion du vin sortaient alors tout juste de leurs langes. Depuis, ils ont fait beaucoup de chemin !... 

Entre temps, Eric B a rejoint Eric R à Vins étonnants, et Jérôme est devenu vigneron en Slovénie à Jeruzalem (vous pourrez lire ICI toute l'aventure du Clos Veličane). Cela lui a donné l'occasion de boire des vins de ses confrères, non distribués en France. Il nous a demandé il y a quelques si cela pouvait intéresser Vins étonnants. Nous lui avons répondu par l'affirmative. Il nous alors envoyé des échantillons que nous avons dégustés avec curiosité. Nous en avons retenu la plupart. Avec de vrais coups de coeur, comme le Furmint Puklavek, le Riesling de Samo ou le Tempus rosé.  Tous les détails sur ces vins dans cet article

A propos des arrivages futurs, Tripoz, Boulay, Gradassi, Tarlant et Laherte prévus d'ici a fin septembre, Stoeffler et Bonnardot semaine prochaine, Tissot en octobre, Ballorin en novembre, Ganevat fin novembre/début décembre. 
Entres autres bien entendu... 

7 commentaires:

  1. Votre lettre, toujours très vivante et très bien écrite
    Bravo !

    RépondreSupprimer
  2. Le pineau d'Aunis Centaure 2017 exhale-t-il le poivre ? (A dire vrai, c'est pour moi un des plaisirs de ce cépage, même si d'autres considèrent que ce "poivré" est le signe d'un manque de maturité des raisins)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. C'est là qu'on voit qu'il est bien mûr, en effet. Si vous voulez du pineau poivré, il y a celui-ci: https://www.vins-etonnants.com/rouge-puissant-et-fruite-244/100-pineau-d-aunis-2017-7755.html. Mais pourquoi pas aussi ce vin, même si c'est un autre cépage : https://www.vins-etonnants.com/fer-servadou-braucol-mansois-364/lo-sang-del-pais-2016-6610.html

      Supprimer
    2. C'est le cépage qui d'après cette page de l'IFV présente la plus grosse concentration potentielle en rotundone ... qui donne le côté poivré. Donc peut-être que le manque de maturité exacerbe ce caractère, mais c'est quand même la signature du pineau d'aunis.

      https://www.vignevin-sudouest.com/publications/fiches-pratiques/rotundone.php#ancre3

      Supprimer
    3. Oui,enfin, je me souviens qu'Eric Nicolas m'avait dit que lors des années les plus solaires qu'il a rencontrées, ses cuvées Rouge Gorge Louis Derré perdaient leur côté poivré.

      Supprimer
    4. Merci pour le lien très intéressant qui est pour moi une découverte.
      Ce que vous dîtes l'un l'autre n'est pas en contradiction, au contraire.
      Cépages propices, climat frais, pas de stress hydrique, fermentation à 'basse' température <= 25° . Tout cela est propice au côté poivré du vin. De fait, j'aime les mondeuses, les pineau d'Aunis, les vins issus de la négrette, et certaines Syrah de côte du Rhône du nord qui parfois le développent si agréablement ...

      Supprimer
  3. Merci pour votre réponse, je vais aller voir les 2 vins préconisés ...

    RépondreSupprimer