Lettre d'actualités de mai 2019

CHAMPAGNE

Vincent Couche


Nous n'avions pour l'instant pas de producteurs de l'Aube, alors qu'il se fait de très belle choses dans ce secteur. L'erreur est réparée avec Vincent Couche, en biodynamie depuis 2008. Ses chardonnays proviennent du réputé secteur de Montgueux – connu grâce à Jacques Lassaigne – et ses pinots noirs de Buxeuil – des coteaux escarpés qui surplombent la Seine.  Il fait un grand usage des fûts pour la vinification et l'élevage avant la prise de mousse. Cela apporte de la rondeur et de la patine aux vins. D'autant qu'il utilise parcimonieusement le  soufre, voire pas du tout dans sa cuvée  Chloé Brut Nature. Pour les amateurs de vins étonnants, il faut découvrir son Rosé 2004 Brut.  Sa cuvée Elégance Brut  permet d'avoir un champagne fin et élégant, à point, pour un prix raisonnable (33 €). 


LOIRE

Arnaud Lambert


Eric R a découvert les vins d'Arnaud Lambert à la Dive alors que le vigneron n'était pas à son stand. Par chance, ils se sont revus deux jours plus tard à la Levée de la Loire où il a pu regoûter toute la gamme. Le niveau qualitatif est élevé. On ne peut que partager l'avis de Michel Bettane lorsqu'il écrit  "Arnaud Lambert est l'un des vignerons les plus talentueux de la Loire".  Depuis, les vins sont arrivés à l'entrepôt. Nous avons le temps de les déguster tranquillement, et voici nos impressions sur les blancs et sur les rouges


Domaine Fouassier


Histoire d'avoir des vins de Sancerre un peu plus abordables que Gérard Boulay et disponibles toute l'année,  nous avons référencé les cuvées du domaine Fouassier. La conversion au bio a démarré en 2006 et la biodynamie en 2011. Depuis plus de 10 ans, chaque parcelle est vinifiée individuellement  cela permet au client de mieux comprendre l'impact gustatif des différents terroirs. 


Pour l'instant, nous avons choisi 4 cuvées de blancs de terroir ainsi que la cuvée Mélodie, élevée longuement en barrique, et le  Sancerre rouge. Mais si vous leur faites bon accueil, nous pourrons  doubler la gamme. Pour découvrir les cinq blancs référencés, ça se passe ICI

Les vins de la Madone


Nous avions tous les deux déjà dégustés les vins de Gilles Bonnefoy, sans avoir accroché plus que ça. Cette année, Jacky Logel nous a incité à y revenir. Et là, c'est le coup de coeur ! Entre temps, un changement de vinification et d'élevage : les rouges ne voient plus que la cuve inox. On a donc un fruit mis en avant, avec une belle différenciation des terroirs. Les trois rouges référencés ne se ressemblent pas du tout alors qu'ils sont issus du même cépage et du même millésime. Quant à la Roussanne, elle est très différente de ce que l'on trouve dans le Rhône et en Savoie. Vous en saurez plus ICI

Pierre Ménard


Quatre cuvées de Pierre Ménard sont de retour, histoire de patienter celui du Quart des Noëls, toujours en cours d'élevage. Deux blancs – Clos des Mailles (Chenin) et Laïka (Sauvignon) –  un rosé, Rosetta, et un rouge : Orion Alpha. Nous les avons dégustés pour vous. Ça se passe LÀ

JURA

Domaine des Ronces


Une découverte dans le Jura, c'est encore possible. Et c'en est une belle avec le domaine des Ronces. Deux générations travaillent main dans la main, avec le plus jeune (Kevin) qui a poussé le paternel à passer en bio puis en biodynamie … et au très peu sulfité. Tout mérite d'être découvert chez eux : le Crémant, tout d'abord, avec un chardo goûtu qui "meursaulte"  (lire ICI). Nous l'avons fait goûter à deux groupes successifs : tout le monde l'a beaucoup aimé. Les deux blancs ouillés valent aussi le détour : Florale (100  % chardonnay) et Chalasse (70  % chardonnay et 30 % savagnin). Malgré la richesse du millésime, ils gardent une bonne fraîcheur. Les deux rouges ( le Trousseau et le Pinot noir ) possèdent deux styles très différents, avec chacun leur charme (lire LÀ).  Quant au Vin jaune 2010, il est déjà très abordable même s'il gagnera à vieillir quelques années. 

RHÔNE 

Domaine les 4 Vents


Le Domaine est situé à Mercurol au cœur de l’appellation Crozes-Hermitage. Crée par leur grand-père et développé par leur père et leur mère, le domaine de Lucie et Nancy s’étend aujourd’hui sur 10 ha, 9 ha en rouge et 1 ha en blanc sur des terroirs situés sur le Sud de l’appellation.  Jusqu’en 2010, les raisins étaient amenés à la cave de Tain l’Hermitage. Elles ont produit leurs premières bouteilles sur le millésime 2010.

La vendange est entièrement manuelle, la vinification se fait en levures indigènes, sans chaptalisation ni acidification et  SO2 (mais sulfitage à la mise, tout de même).

Notre découverte s'est faite très progressivement : nous avons démarré par leur petite cuvée Les Pitchounettes qui nous bien plu. Nous avons donc commandé ensuite le Crozes Les 4 Vents qui était encore mieux. Dans l'enthousiasme, nous avons donc commandé Saint-Jaimes – encore mieux – et  La rage (leur blanc 100 % Marsanne). Pour les compte-rendus successifs c'est ICI, et encore .


Alain Voge


Nous connaissons les vins d'Alain Voge depuis longtemps, sans penser les vendre un jour. Il se trouve que le domaine s'est converti au bio et présentait ses cuvées à Montpellier en janvier dernier. Le contact a été excellent et nous avons convenu de travailler ensemble. Ce fut l'objet de notre première vente privée qui fut un grand succès. Depuis, la gamme est à demeure sur le site. Elle comprend trois rouges : le côtes du Rhône Les Peyrouzes et deux Cornas (Vieilles Vignes et Chailles). Et un blanc en appellation Saint-Péray; Fleur de Crussol


Domaine Duseigneur 


Cela fait déjà quelques années que nous avons des vins du domaine Duseigneur par intermittence. Une dégustation à Millésime bio nous a convaincu de référencer Odyssée et Antarès. Le  premier est un Côtes du Rhône, le second, un Lirac. Sa spécificité est de contenir 40 % de mourvèdre, tout en plus sur la finesse que sur la puissance. Pour découvrir ces deux cuvées, ça se passe ICI.  

Ajoutons que le domaine a un associé connu des amateurs de vins : Philippe Faure-Brac, meilleur sommelier du monde en 1992, qui apporte sa contribution lors des assemblages. Et que l'œnologue est Philippe Cambie, qui conseille certains des grands  domaines du secteur : Clos des Cailloux, Saint-Préfert, Mont-Olivet, Puech-Haut ... et Fontvert !


Domaine les Bruyères


Pas de nouveautés chez David Reynaud, si ce n'est les changements de millésime : la Syrah Les Monestiers et le Crozes Beaumont passent en 2018, et  Georges Reynaud en 2017. 

SAVOIE

Thomas Finot


Le Tracteur rouge et le Crozes-Hermitage sont de retour. Avec eux, deux nouveautés : un pur Cabernet-Sauvignon, plutôt rare dans le secteur, qui fait plus penser à un Trousseau qu'à un Médoc. Et Macération Cugnète 2017, un vin orange 100 % Jacquère, un petit chef d'oeuvre du genre. Rarement un vin orange nous a autant emballé !


LANGUEDOC

Borie de Maurel



Nos chemins auraient pu se croiser depuis longtemps, car la démarche de Borie de Maurel correspond bien à la nôtre : conduite bio, mise en valeur des cépages locaux, élevages en cuve privilégiés... Tout pour nous plaire. Enfin, voilà, notre collaboration a démarré, et certainement pour longtemps. Il est probable que nous étendions la gamme progressivement. Nous démarrons par Esprit d'Automne, au rapport qualité/prix assez bluffant, Féline, un vin épanoui dès sa prime jeunesse même si le temps le complexifiera encore plus ; et Rêve de Carignan 2013, une beauté très italienne dans l'esprit, avec ses notes résineuses et balsamiques. 


Château Guilhem


Nous avons connu le Château Guilhem grâce à Christophe Barbier (Terres salées) qui le distribue. À peine avons-nous dégusté  le Pot de vin rouge qu'il était adopté. Jamais bu un merlot aussi gourmand dans le Languedoc  (et en plus complexe : la palette aromatique est étonnante pour un "petit vin". Et cadeau bonus : c'est BIO et très peu sulfité (15 mg/l). Même si l'étiquette fait un peu ringarde, le Malepère Cuvée Prestige 2015  est une chouette réussite. Comme souvent dans cette appellation, on est sur un assemblage "atlantique".  Et en effet, à l'aveugle, on partirait sur un Bordeaux ... mais nettement plus âgé qu'il ne l'est réellement. C'est ce côté "patiné/truffé" qui fait son charme. Pas besoin d'attendre ni de payer cher pour boire un bon vin à maturité. 

Quant à  la Muse de Guilhem, c'est un pét' nat' de Muscat, légèrement sucrée et peu alcoolisé, avec des bulles fines. Une vraie friandise liquide qui peut se boire pour elle-même ou accompagner un dessert aux fruits.

Domaine de Cabrol


Cabrol est l'un des domaines de référence de l'appellation Cabardès. Pour rappel, la  caractéristique de cette appellation est d'assembler obligatoirement des cépages méditerranéens (syrah, grenache) à des cépages dit "océaniques" (merlot, cabernets francs et sauvignon, malbec). Chacune des parties doit représenter au moins 40 % de l'assemblage ...et au maximum 60 %. Tout est ensuite possible, à condition de rester dans ce cadre. Dans Vent d'Est, le méditerranéen domine logiquement (60 % syrah, 40 % cabernet franc), alors que dans Vent d'ouest, c'est l'atlantique qui prend le dessus (60 % cabernet sauvignon, 30 % grenache, 10 % syrah). Quant à Blue note, 100 % méditerranéen, il est en Vin de France même s'il aurait pu être vendu en IGP d'Oc (voire AOP Languedoc). Nous vous parlons de ces trois vins ICI.  Et de l'étonnant blanc

Emile et Rose 



Le domaine a changé de propriétaire en 2018 : Marcel et Caroline Gisclard ont pris une retraite bien méritée. Anne-Laure et Marc Royo se lancent dans l'aventure viticole. Ce que nous avons dégusté à Millésime BIO en janvier 2019 nous paraît très encourageant. Les différentes cuvées nous semblent au minimum au niveau de leurs aînées, voire un cran au-dessus. Emile et Rose sont donc entre de bonnes mains ! Les nouveaux propriétaires en ont profité pour racheter quelques parcelles voisines. Certaines cuvées sont donc repassées "en cours de conversion". En 2021, elles auront de nouveau le label AB. 

Trois nouveautés au programme : un Rosé fin, délicat et épicé, qui peut s'apprécier autant pour lui même qu'accompagner des salades estivales ou des grillades. Et deux cuvées issu du grenache blanc : L'Émile de rose, élevé en cuve, qui allie le gras et la fraîcheur. Et le Grenache blanc, élevé en amphore et en fûts, plus long, plus aérien, mais aussi plus racé. Une bien belle bouteille !

Sinon, 5 seaux est un régal, velouté et fruité, et Pierre Figée affiche une sensualité qui gagne à être découverte, pour un prix raisonnable. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire