lundi 4 décembre 2017

Coume des loups : à hurler de plaisir !


Ne cherchez pas "Mudigliza" sur une carte du Roussillon : ce n'est pas un lieu-dit, mais un savant assemblage des noms et prénoms de ses créateurs : DImitri GLIpa et MUriel SAmson. Le domaine a été créé de toutes pièces, en achetant ici des vieilles parcelles en altitude dans le secteur de Saint-Paul de Fenouillet. Pas très loin du Mas Karolina de Caroline Bonville, originaire comme Dimitri de Bordeaux. Dix ans d'expérience de cru bordelais vous forgent un homme : ils vous apprennent la rigueur et la précision. On les retrouve dans tous ses vins, y compris son "petit vin", la Coume des Loups dont je vais vous parler aujourd'hui...

On retrouve à peu près à part égale les trois cépages les plus courants du secteur (Grenache, Carignan, Syrah) qui proviennent d'une parcelle de schistes noirs (et marnes schisteuses) à 300 m d'altitude. Le vin ne voit que de la cuve inox pour ne surtout pas perdre sa pureté d'origine. Le résultat est des plus convaincants.

La robe est pourpre sombre, limite opaque.

Le nez est très expressif, sur la crème de fruits noirs (mûre, cerise noire, myrtille), le laurier et le poivre, avec une petite pincée de benjoin.

La bouche est ronde, très ample, emplissant le palais d'une matière soyeuse. Celle-ci gagne rapidement en densité, devenant veloutée, tout en gardant la même sensualité, mettant en avant un fruit bien mûr, mais résolument frais, croquant. L'ensemble est des plus harmonieux, avec une "finition" rarement rencontrée dans un vin à moins de 10 €.

La finale dévoile une mâche gourmande, très "Mon chéri" dans l'esprit, avec cette alliance entre la cerise et le chocolat noir. C'est vraiment p... bon, tout en étant d'une évidente simplicité. Le talent des grands vinificateurs !