jeudi 19 janvier 2017

Le copain Thabor


Il y a deux ans, nous avions reçu un échantillon du Châteauneuf du Pape 2012 du Château Mont Thabor*. Et nous avions adoré. Mais comme nous venions alors de référencer le domaine Gradassi dans la même appellation, cela faisait un peu trop d'un coup. Deux ans plus tard, nous avons les épaules plus solides. C'est donc avec beaucoup de plaisir que nous le référençons : il restait un tout petit peu de 2012 (foncez, car il n'y en aura pas d'autres) et plus de 2014. Mais aujourd'hui, je vais vous parler du Côtes du Rhône du domaine, un vrai vin de copains (d'où le titre). 

Ce vin est composé majoritairement de Grenache, complété par de la Syrah, du Mourvèdre et dy Cinsault. La vinification est traditionnelle (à savoir ici : vendange non égrappée en cuve béton). L'élevage se fait aussi en cuve.


La robe est grenat (très)  translucide, faisant penser aux vins d'un vigneron de cette appellation.

Le nez est fin, élégant, sur des notes de fraise cuite, de lard fumé et de havane. Un peu de zeste d'orange, aussi.

L'attaque en bouche est ample, aérienne, aux tannins d'une légèreté irréelle, très bourguignonne. En milieu de bouche, le vin gagne en densité, accompagné d'une sensation légèrement asséchante. 

On retrouve dans une finale savoureuse et digeste ces notes fruitées/fumées, tout en ayant toujours cette sensation astringente/asséchante. 

Bu seul, cette sensation peut déranger les palais de fillette dont je fais partie. Mais dès que vous mangez avec (en l'occurrence enchaud de porc, puis fromage) celle-ci disparaît au profit d'une impression de fraîcheur nettement accentuée. Vraiment étonnant ! 

Vendu 7.80 € (et 7.50 € par carton de 6), ce vin justifie à lui seul notre volonté de ne pas faire de soldes. Nous préférons vous proposer des super rapports qualité/prix toute l'année ;-)

_______________

* Mont Thabor vous rappelle vos cours de cathéchisme ? C'est normal : Le Mont Thabor est en effet en Terre Sainte. Il a connu son heure de gloire grâce à Moïse et Jésus (c'est là qu'aurait eu lieu la Transfiguration).  Le domaine abritait au XVIIIème siècle la secte des Illuminés d'Avignon qui avaient alors rebaptisé le lieu ainsi. Après leur départ, le nom est resté.