lundi 22 janvier 2018

Les petits dragons vont de nouveau enflammer votre cœur !



La cuvée Les Petits Dragons est devenue au fil du temps l'un des grands classiques de Vins étonnants. Il faut  dire qu'il existe peu de vins qui aient autant à offrir pour un prix des plus raisonnables (9.50 €). À ce prix, beaucoup de vins se contentent d'être bon, ce qui est déjà pas mal. Le domaine de Malavielle fait beaucoup mieux : culture biodynamique, vendanges manuelles de Chenin et Petit Manseng très mûrs, presque confits, vinification et élevage d'un an en barriques. Au bout de ce process, un vin monstrueux –  entendez hors-norme – qui porte plutôt bien son nom. D'aucuns vendraient un tel vin entre 20 et 30 €. Remerciez André et Mireille Bertrand pour leur générosité !

La robe est d'un jaune d'or intense, avec une bonne viscosité des larmes. 

Le nez est fin, sur la mangue bien mûr, l'ananas rôti, rafraîchi par une pointe de fruit de la passion.  À l'aveugle, on partirait clairement sur un Jurançon moelleux ou liquoreux. Avec l'aération, on perçoit quelques (subtiles) notes d'élevage : beurre, vanillé, grillé. 

La bouche est (très) ample, vous tapissant le palais d'une matière mûre, riche, limite onctueuse, à la fraîcheur sous-jacente...  mais effective. L'équilibre est vraiment sur le fil du rasoir : heureusement que le Petit Manseng et le Chenin ont des acidités naturellement hautes, car il en faut pour supporter les 15% d'alcool du nectar... On sent aussi derrière de la minéralité, avec un côté "jus de caillou". 

La finale est nette, d'une grande intensité, avec une amertume typique du Chenin qui compense en bonne partie la richesse du vin. On est toujours sur une aromatique "fruits exotiques", accompagnée de quelques notes d'élevage. Il n'y a pas de sucres perceptibles, mais il y a peut-être quelques grammes qui traînent, équilibrés par l'acidité du jus. 

Paradoxalement, plus il se réchauffe, plus il gagne en équilibre et en fraîcheur (ceci dit, phénomène constaté de nombreuses fois : le froid fait ressortir l'alcool).