mercredi 1 octobre 2014

Saint-Saturnin ou Saint-Saturnin ?

Cela faisait deux ans que nous vendions Le 5 Saint-Saturnin 2009 alors que son frère de Montpeyroux était passé au millésime 2010, puis 2011. Les fans de ce vin devront en faire le deuil : il n'y en a plus. Cependant, nous avons de quoi les consoler avec non seulement la version 2012, mais aussi une nouvelle cuvée, Roc & Lune 2013, provenant de vignes plus récemment rattachées au domaine (et donc, "seulement" 3ème année de conversion BIO). Comme Le 5, cette dernière est principalement issue de vieilles vignes de Carignan, complétées par de la Syrah et du Grenache noir.
Je trouvais intéressant de les ouvrir ensemble, histoire de voir in situ leurs différences...

La robe est violacée sombre tout en restant translucide.

Le nez expressif évoque d'abord un fruit "brut de cuve", notes fermentaires incluses (disparaissant rapidement à l'aération),  gourmand, puis la gelée de framboise, la mûre et le poivre blanc.

La bouche est ronde, soyeuse, de belle ampleur, avec une sacrée fraîcheur et un p... de fruit.
La finale bien poivrée est savoureuse. C'est d'une évidente gourmandise, sans être très complexe ni longuement persistant.

A l'aération, la bouche gagne en ampleur, se fait plus enveloppante, avec plus de mâche en finale et toujours du poivre et de la framboise.

La robe est quasi similaire (un peu moins violacée).
Le nez est plus discret, mais plus profond, sur les fruits noirs (cassis, sureau) et rouges (framboise),  le cuir, les épices grillées, et une touche de menthol.

La bouche est plus énergique, avec une matière plus dense, plus charnue, veloutée, avec un fruit présent mais moins explosif. Il y a là aussi une bonne fraîcheur.

La finale est plus expressive, plus longue, plus complexe sur le cassis et le poivre noir. 

A l'aération, le nez gagne en puissance et complexité, avec l'apparition de fruits confits et de tabac.

La bouche est plus intense, plus grasse, plus savoureuse.

La finale est beaucoup plus percutante, sur des notes de cigare et d'épices, avec ce goût de cendre très persistant me rappelant un Château des tours (et non Latour, hein).
A 6 € le premier vin, et 8,20 € le second, nous pouvons dire sans hésiter qu'il présentent des très bons rapports qualité/prix.
Attention : ces deux vins se goûtent idéalement à 15-16 °C.