vendredi 24 juin 2022


2021 fut une année difficile pour le trio de la Grange aux Belles : la gelée d'avril a détruit une bonne partie de la vigne. Avec les raisins qu'ils ont tout de même réussi à vendanger et d'autres qu'ils ont achetés à des confrères en BIO, ils ont réussi à produire des vins de haute volée, avec un gros coup de coeur pour Bloody issu de très vieilles vignes de grolleau qui vous reconsidérer ce cépage. 

Coup de latte 2021 (14.90 €)

100 % Chenin 

La robe est or pale, avec des bulles éparses.

Le nez est fin et profond, sur la pomme au four et le coing, le zeste de citron et la craie humide. 

La bouche est élancée, tendue, avec des milliers de micro-bulles crémeuses qui vous envahissent le palais, tout en offrant une matière mûre, fraîche et gourmande, soulignée par de nobles amers. 

On retrouve ces derniers dans une finale concentrée, vineuse, toujours aussi tendue, sur la pomme chaude, la gelée de coing et le quinquina. 

Coup de boule 2021 (14.90 €)

Grolleau et Gamay

La robe est d'un superbe rose pâle. 

Le nez est délicat, sur les petits fruits rouges, des notes florales et une touche yaourtée. 

La bouche allie ampleur et tension, avec une matière fraîche, fruitée et  frétillante qui vous submerge totalement, et un fil invisible qui étire tout cela sans agressivité. La fraise et la framboise sont complétées par l'orange amère et le pomelo rose. 

La finale gagne en concentration et vinosité tout en ne perdant pas en peps, avec un fruit plus frais et gourmand, et une persistance sur l'orange et le Schweppes ®.  



Chenin

La robe est jaune pâle trouble. 

Le nez est discret, plutôt réduit, mais agréable, laissant percevoir des fruits blancs mûrs, de l'agrume frais.

La bouche est longiligne, tendue par une très fine acidité, tout en déployant une matière pulpeuse, gourmande, étonnamment veloutée / charnue  pour un vin blanc, le rendant très attachant, car anti-austère. La finale dévoile une mâche crayeuse des plus savoureuses,  au fruit croquant et aux notes fumées / grillées / réduites qui lui donnent un côté classieux. Un vin déroutant dans le bon sens dont il est difficile de ne pas tomber amoureux. 


Pineau d'Aunis

La robe est entre le rubis et le vermillon. 

Le nez  est discret, sur les fruits rouges confits, la pivoine et les épices douces. 

La bouche est ronde, ample, enveloppante, déroulant une matière finement veloutée / pulpeuse rafraîchie par un léger filet de gaz, et offrant un fruit expressif et gourmand (cerise). L'ensemble est d'un équilibre et d'une digestibilité rares (11.5 % Alc.). 

La finale finement mâchue et savoureuse ne rompt pas le charme, mêlant la cerise au poivre et aux épices douces. 


Bloody 2021 (15.90 €)

Grolleau de 86 ans

La superbe robe translucide est entre le rubis et le grenat. 

L e nez est fin, complexe, profond, sur les fruits rouges, le pot-pourri floral, les épices douces..

La bouche est ronde, ample, enveloppante, déroulant une matière finement veloutée au fruit et à la fraîcheur insolent(e)s,  d'une sensualité rarement rencontrée sur le Grolleau, à laquelle s'ajoute une profondeur minérale des plus bluffantes. On frôle le grand vin, tout simplement. 

La finale tendue, racée, aux hypnotiques notes fruitées et florales, réussit non seulement à ne pas rompre le charme mais à l'amplifier, faisant de cette cuvée l'un des plus beaux vins de Loire.


jeudi 23 juin 2022

Barou : les 3 Syrah de 2021

C'est une première depuis que nous travaillons avec le domaine Barou : nous avons bu côte à côte les trois cuvées 100 % Syrah. Jusqu'à maintenant, je n'avais fait que des duels, car nous n'avions jamais eu le même millésime en même temps. 2021 est très réussi là-bas en rouge, contrairement à d'autres régions. Les vins sont déjà très accessibles; digestes (entre 12.5 % et 13 %) et on se demande presque si ça vaut la peine de les faire vieillir tellement ils sont bons maintenant. 


Jeunes vignes du domaine sur sols granitique très altérés

La robe est grenat sombre aux reflets violacés. 

Le nez est fin,  sur la framboise confite, le poivre et les épices douces. 

La bouche est ronde, ample, veloutée, avec une matière finement pulpeuse au fruit gourmand, bien équilibrée 

La finale dévoile une fine mâche fruitée et savoureuse, sur la framboise et le poivre blanc.



Vignes 35-50 ans sur sols granitique très altérés

La robe est pourpre bien sombre, presque opaque. 

Le nez évoque le coulis de mûre, le lard fumé, la violette et le poivre blanc. 

La bouche ronde est très ample, enveloppante, avec une matière dense et douce, séveuse, et une tension qui vous embarque pour ne plus vous lâcher. 

La finale prolonge cette tension tout en concentrant la matière qui gagne en pulposité et gourmandise, rendant ce vin absolument irrésistible. La meilleure Vernes depuis que  nous la connaissons


La robe est grenat sombre aux reflets pourpres.

Le nez est généreux, mûr, sur la crème de fruits noirs et les épices douces et grillées.

La bouche est élancée, étirée par un fil invisible, tout en déployant une matière finement veloutée, aérienne – sensuelle, aussi – plus profonde qu'elle n'y paraît au premier abord, d'une grande intensité aromatique sur la mûre, la violette et le poivre, avec un arrière-plan plus minéral / caillouteux.  

La finale est intense, racée, avec des tanins déjà parfaitement fondus, sur la cerise noire et la mûre prolongées par le cacao et les épices douces. 





mercredi 22 juin 2022

Trois Côtes du Rhône à prix doux

En ce moment, tout augmente, ou presque. Sauf dans un petit village du Gard, Estezargues, où des vignerons vous proposent des vins bio à prix tout doux. Ces trois cuvées sont exclusives à Vins étonnants. Elles sont toutes vendues à 6.90 € l'unité, avec une remise quantitative (6.75 € par 6 et 6.50 € par 12). Cet effort sur le prix n'exclue pas une grande qualité. Vous allez vous régaler !


50 % Grenache, 25 % Viognier, 25 % Roussanne

La robe est or clair, brillante. 

Le nez est fin, intense, sur les fruits jaunes confits, l'amande grillée, le miel et les épices.

La bouche est ronde, éclatante de fraîcheur, avec une matière pure, désaltérante .... et en même temps confortable, mûre, généreuse. Le tout forme un équilibre superlatif. 

La finale tonique est toute aussi fraîche et généreuse, mais ajoute de beaux amers et une fine mâche, sur la pêche et l'abricot, les fleurs blanches, avec une persistance sur des notes épicées.


Côtes du Rhône rosé 2021 (6.90 €)

Grenache, Syrah et Carignan

La robe entre la framboise et l'orange évoque un spritz, les bulles en moins (ou un Tavel). 

Le nez est intense, vineux, sur les fruits rouges confits, l'orange et les épices. 

La bouche est  élancée, tendue, délivrant une matière concentrée, vineuse, épicée, réussissant à rester d'une fraîcheur éclatante.

La finale est pêchue, encore plus concentrée et vineuse que la bouche, avant que n'éclatent une grande fraîcheur et un fruit exubérant, sur fond d'épices. 



50% Grenache, 30% Syrah et 20% Carignan

La robe est grenat sombre translucide. 

Le nez est gourmand, sur la framboise, la cerise noire, le cacao et les épices. 

La bouche est ronde, ample, veloutée, déployant une matière douce, finement pulpeuse, au fruit frais et expressif, remarquablement bien équilibrée. 

La finale dévoile une mâche savoureuse, épicée, avec un fruit encore plus expressif et gourmand, et une persistance sur le cacao, le poivre et le laurier.



vendredi 17 juin 2022

Amirault, c'est beau !

Pas moins de trois nouveautés sur la palette qui vient d'arriver du Clos des Quarterons. Agnès et Xavier Amirault nous ont gâtés. Car non seulement les contenants sont jolis, mais leur contenu régale les papilles. Il nous reste encore quelques bouteilles du très joli Ferme des fontaines 2019.Dès qu'elles seront vendues, nous passerons au 2020. Je vous en parlerai à ce moment-là. 

 


Pet'night (13.70 €)

100 % Chenin - 11 % Alc.

La robe est or clair, avec fin cordon de bulles

Le nez est expressif, gourmand, sur les fruits blancs rôtis au beurre, la brioche chaude, la craie humide. 

La bouche est ronde, très ample, déployant une matière mûre au toucher pulpeux / moelleux, tonifiée par des milliers de micro-bulles crépitantes. L'aromatique est toujours aussi expressive et gourmande, voire encore plus, tout en étant très digeste.. 

La finale est franche, nette, alliant l'astringence et l'amertume du citron et de la pomme verte, avant de revenir à un fruit plus mûr, presque muscaté, avec une persistance sur la pomme chaude et des notes épicées / salines. 

Crémant de Loire Armantine (14.90 €)

100 % Chenin - 11.5 % Alc. 

La robe est or très pâle, presque argenté, avec des bulles éparses. 

Le nez est fin, légèrement fumé, limite austère, laissant s'échapper de la poire et du citron confit. 

La bouche est vive, tendue par une fine acidité traçante, et  présente une matière noble, fraîche, classieuse, ne manquant pas de vinosité, portée par des bulles élégantes, crémeuses, formant un tout aérien et digeste. C'est une caresse en bouche. 

La finale prolonge la bouche en réussissant à ne pas rompre le charme, restant aussi caressante, tout en offrant ce qu'il faut de niaque, avec un joli trait amer sur l'écorce d'agrume confite. Avant de se prolonger sur la poire mûre et le citron, soulignés par des notes crayeuses. Superbe !


La robe est grenat sombre translucide. 

Le  nez est plutôt discret, sur le cassis (fruit frais et bourgeon), le graphite et la ronce. 

La bouche est ronde, ample, veloutée, déroulant avec grâce une matière dense à la chair douce, pulpeuse, au fruit frais, expressif – en sachant rester dans la sobriété – dans le même registre aromatique que le  nez. 

La finale prolonge la bouche en y ajoutant une mâche élégante, sur un cassis qui monte en intensité, prolongé par le menthol. 



La robe est grenat translucide.

Le nez est fin, sur la framboise, le cassis frais, le poivre blanc et le menthol. 

La bouche est ronde, ample, aérienne, déployant une matière très fine, presque gazeuse, dotée d'une grande fraîcheur aromatique et d'un fruit gourmand (framboise /cassis, toujours) subtilement épicé. 

La finale réussit à ne pas rompre le charme, se contentant d'ajouter une fine mâche crayeuse à cet ensemble fin et aérien, sur des fruits un peu plus confits et épicés.  

mercredi 15 juin 2022

Ouréa : un vrai coup de foudre !


Je n'avais pas prévu d'ouvrir ce Côtes du Rhône du domaine d'Ouréa. Il se trouve que le millésime a basculé hier, et qu'un client avait commandé du 2019. Comme je devais le prévenir que nous étions passés au 2020, cela  me paraissait normal de goûter le nouveau venu. J'ai bien fait, car il n'avait pas grand chose à voir avec son aîné d'un an. Alors que ce dernier était plutôt confit, dense, son "petit frère" est fin, frais, floral, faisant songer à une syrah septentrionale.  Il faut dire que sur ce millésime, elle est ultra-majoritaire (90 %), juste complétée par un peu de grenache. 

La robe est grenat sombre translucide aux reflets pourpres. 

Le nez est fin, profond, sur le lard fumé, la violette, l'encens, avec une touche de fruits noirs. 

La bouche allie ampleur et tension, avec une fraîcheur aromatique qui vous happe dès l'attaque pour ne plus vous lâcher, et une matière finement veloutée, aérienne et enveloppante, offrant un bouquet fruité / floral (cerise, framboise, violette) inattendu et envoûtant. 

La finale est fraîche, tonique, subtilement mordante, avec un fruit encore plus éclatant, et une persistance sur la violette et le poivre fumé. 

Pour 12.50 €, le consommateur n'est pas volé !




mardi 14 juin 2022

Les beaux jus de Bouju


Ils ont été embouteillés il y a une quinzaine jours. Et ils nous sont arrivés la semaine dernière, à un moment où les températures étaient basses. Certains diraient qu'il est peu tôt pour les goûter. Mais bon, comme je trouve important que nos clients sachent ce qu'il y a dans les bouteilles, je me suis dévoué... 

 
 2020 (21.90 €)

100 % Riesling élevé en foudre

La robe est or clair, brillante. 

Le nez fait plus "nature" que Riesling, sur la pomme chaude, le miel et la pâte d'amande. 

La bouche, par contre, est typique du cépage, avec une grande tension soutenue par une vive acidité et un léger perlant, enrobée d'une matière mûre et fraîche, aérienne, aussi digeste qu'équilibrée. 

La finale poursuit la tension de la bouche et affiche une mâche savoureuse, sur la pomme fraîche et la pulpe de citron, avec une persistance sur cette dernière, accompagnée par quelques épices. 

PS : à des moments, la souris pointait son nez, puis rentrait dans sa cachette, avant de réapparaître un peu plus tard. Un vin farceur !

Picapol 2021 (18.90 €)

100 % Picpoul blanc

Moitié pressurage direct et moitié macération

La robe est or pâle, brillante. 

Le nez est discret, sur le beurre frais et les épices. 

La bouche est ronde, ample, enveloppante, avec une matière charnue, croquante, entre le pulpeux et le finement tannique, sur une aromatique de fruits blancs et de citron. 

La finale est tonique et intense, avec une accroche canaille et réjouissante sur le citron et le beurre frais, suivi de quelques épices. 

G & M 2021 (21.90 €)

Muscat d’Alexandrie, Grenache Gris et Riesling

Macération séparée des différents cépages

La robe est jaune clair, légèrement trouble

Le nez est très expressif, sur le pomelo, le bourgeon de cassis, la rose, la fleur d'oranger, les épices...

La bouche est ronde, très ample, aérienne, déployant une matière douce, caressante, d'une pulposité irréelle, et dotée d'une grande fraîcheur, avec une aromatique aussi explosive et baroque qu'au nez sans que ce soit too much ou vulgaire. Au contraire, c'est plutôt même classieux. 

La finale affiche une belle droiture toute en restant pulpeuse et gourmande, sur la rose, le cassis et la fleur d'oranger, avec une persistance sur le souk oriental.

Mol 2019 (16.50 €)

Moitié Grenache, Carignan, Syrah, Cinsault, Muscat d Alexandrie 

Moitié Gamay sud du Beaujolais, et Sauvignon de Loire . 

Vinifiés séparément et ensuite assemblés.

La robe est rouge cerise translucide, mais un peu trouble

Le nez est fin, plutôt nature, sur les fruits rouges /noirs et une pointe de volatile. 

La bouche est ronde, très ample, veloutée, exprimant un fruit pur d'une fraîcheur communicative, avec une matière pulpeuse d'une grande douceur tactile. Il se passe quelque chose de rare en bouche qu'on ne rencontre pas souvent, autant dû au tactile qu'à l'aromatique, entre fruits et notes florales. 

La finale est superbe, démarrant par une mâche irrésistible au fruit intense et vibrant, puis se prolongeant sur une matière douce, harmonieuse, sur la cerise, la rose et les épices orientales. Magnifique !

PS : il faut ouvrir et boire pour profiter de sa magnificence. Rebu 3 jours plus tard, il a perdu de son charme. 

lundi 13 juin 2022

Ampelhus : LE domaine à découvrir !

La vente privée lancée vendredi est l'occasion de découvrir les vins du domaine Ampelhus. Habituellement, je n'interviens pas sur celle-ci, mais depuis que j'ai rencontré Thibaud et Jenia, je suis un fan de celui-ci, de ses propriétaires et de leur démarche peu commune. J'ai donc envie que cette vente rencontre le succès qu'elle mérite.  Voilà donc un reportage sur le domaine, qui j'espère, vous donnera encore de découvrir leurs vins.  

C'est un ami à l'affût de toutes les nouveautés de la planète vins qui nous a alerté sur le Domaine Ampelhus. Il m'a dit "c'est LE domaine du Languedoc dont on va parler dans les prochaines années". Intrigués, nous sommes allés sur leur site.  Il est alors difficile de ne pas remarquer toutes leurs cuvées monocépages issues de variétés anciennes. Nous leur avons demandé un échantillonnage qu'ils nous ont rapidement envoyé. À peine reçues, déjà dégustées : toutes les bouteilles se sont montrées d'un haut niveau qualitatif. 

La visite annuelle à Millésime Bio (Montpellier) a donné l'occasion de visiter le domaine et de déguster tranquillement toutes les cuvées. Le niveau élevé se confirme, y compris dans les "petites" cuvées, délicieuses et originales. Lorsque l'on songe que le domaine n'est né qu'en 2019, on imagine le niveau qu'il atteindra lorsque les vignes seront plus âgées et ses propriétaires plus expérimentés !


Lorsque Thibaud Vermillard reprend en 2012 le domaine de son grand-père du côté de Lunel, il se rend rapidement compte que les vignes de grenache plantées sur le coteau plein sud ne sont plus adaptées au climat actuel. Les vendanges doivent se faire de plus en plus tôt, et donnent des vins à 16 % d'alcool. À l'opposé de ce qu'il aime. Comme d'autres vignerons dans d'autres régions, il se dit que la solution peut venir de vieux cépages locaux abandonnés. 

Le Picpoul planté en 2014

Il les trouve dans une appellation qui les reconnaît encore, et possède un terroir proche de celui de Lunel : Châteauneuf du Pape. Il en ramène des bois de Terret noirPicpoul noir,  RivairencCounoise et Picardan qu'il plante sur le domaine après avoir arraché les pieds de grenache. Non seulement, ils s'adaptent bien à leur nouvel emplacement, mais permettent d'étaler les vendanges sur 8 semaines car certains s'avèrent très tardifs (jusqu'à début octobre). Et surtout donnent des vins pas trop alcoolisés  et possédant beaucoup de fraîcheur. 


Toutes les vieilles vignes n'ont pas été arrachées, à l'instar de cette parcelle de Carignan plantée en 1958. Ou celle de Syrah, l'une des plus anciennes du secteur :


Afin de mettre en avant la particularité de ces cépages anciens, Thibaud et Jenia – sa compagne lituanienne, pharmacienne de formation – ont fait le choix de faire principalement des cuvées monocépages  en s'interdisant d'utiliser des barriques. Pour l'heure, ils se servent uniquement de cuves inox, même pour leur cuvée haut-de-gamme.


Par contre, ils envisagent l'utilisation de foudres à l'avenir, histoire de produire des soleras (de vins orange, entre autres), et d'obtenir des cuvées beaucoup plus complexes. 

Le domaine est cultivé en bio (certifié). Pour les vinifications, évidemment pas d'intrants, avec juste un léger ajout de soufre avant la mise (voire pas sur certaines cuvées de 2021). 

Il faut souligner que le domaine Ampelhus a été créé seulement en  2019, lorsque le couple a estimé que les vins méritaient d'être vendus à un public de connaisseurs. Avant, toute la production était vendu à la coopérative locale. Cela peut expliquer que dès le départ, le niveau est élevé, et a permis à ses propriétaires d'être lauréats du 1er Prix du Concours Vignerons et Terroirs d’Avenir 2021.







Quartzite 2021  (12.50 €)

Muscat d'Alexandrie en macération 

La robe est jaune paille, brillante. 

Le nez est très complexe, mariant le muscat, le tabac blond, le foin et la fumée. 

La bouche est ample, enrobante, veloutée, d'une grande fraîcheur, déployant une matière dense et douce à l'intensité aromatique intense. 

La finale est harmonieuse, complexe, soulignée par de subtils amers (noyau de cerise) et prolongée par de fines notes crayeuses. Excellent !




Counoise 2021   (13.50 €)

La robe est rubis clair. 

Le nez est gourmand, sur la cerise, le noyau et les épices. 

La bouche est ronde, fruitée, gourmande, avec une matière très douce, caressante et une superbe fraîcheur. 

La finale est épicée, dominée par le noyau de cerise qui persistent longuement. Une tuerie !



Terret noir 2020 (20.50 €)

La robe est grenat translucide. 

Le nez est fascinant, complexe, sur les fruits rouges confits, le noyau et le tabac. 

La bouche est fine, élégante, avec une matière soyeuse étirée par une superbe tension. 

La finale est racée, longiligne, sur le noyau et les épices. 


Muscat de Lunel  (10.95 €)

La robe est or clair brillante. 

Le nez est explosif, sur le muscat frais, la fleur d'oranger, la rose et les notes exotiques. 

La bouche est élancée, mue par une acidité traçante, tout en offrant une matière ronde, croquante, éclatant de fraîcheur et d'arômes. 

La finale gagne encore en fraîcheur et en intensité aromatique, avec un sucre résiduel des plus discrets, sur la fleur d'oranger, la pêche blanche et l'ananas.   

vendredi 10 juin 2022

Zoom sur le domaine Tacama de Frédéric Thibaut au Pérou

 

Frédéric Thibaut
TACAMA


Le vignoble de Tacama s’étend sur 250 hectares et se situe dans la vallée d’ICA, 
dont 175 sont plantés en vignes. Le vignoble se situe à 300 km au sud de Lima, 
à 50 km des côtes du Pacifique et à 340 mètres au dessus du niveau de la mer. 
Tacama est un des seuls vignobles authentiquement péruvien, 
la plupart des autres domaines élaborent du vin à partir de moûts importés du Chili et d’Argentine. 
C’est en 1540 que Francisco de Carabantes développa le vignoble de Tacama qui est ainsi le 
plus vieux du Pérou.

Région : Ica

Depuis 1920 le domaine collabore avec la France tant du point de vue des cépages, de la technologie que du personnel de haut niveau parmi lesquels les professeurs Jean Ribéreau Gayon, Émile Peynaud, Max Rives, Alain Carbonneau et Pascal Ribéreau-Gayon. Depuis 10 ans, c’est Pierre-Louis Teissedre qui tient ce rôle de consultant. Au Pérou, c’est aujourd’hui Frédéric Thibaut qui est en charge du domaine après que Robert Niederman y ait officié pendant plus de quarante ans. Le domaine produit des blancs et des rouges à partir de cépages français. Les cépages phares pour les rouges sont le Tannat et le Petit Verdot qui produisent des vins de classe internationale en monocépage ou en assemblage. Les blancs qui sont tout aussi remarquables sont élaborés à partir de Sauvignon, Chardonnay et Viognier.

Invitation dans le premier vignoble sud-américain ! C'est en 1540 que Francisco de Carabantes fait pousser de la vigne au Pérou. La région d’Ica où il s'est installé est très particulière : une vaste oasis entourée par le désert, non loin de l’Océan Pacifique, à 300 kilomètres au sud de Lima. Le paysage alluvial a été modelé lors des périodes de dégel de la Préhistoire. Ainsi se sont formées des vallées traversées de rivières, avec des sols graveleux, idéaux pour la vigne. 


Le vignoble de Tacama est un des seuls vignobles authentiquement péruviens, la plupart des autres domaines élaborent du vin à partir de moûts importés du Chili et d’Argentine. Depuis 1920 le domaine collabore avec la France tant du point de vue des cépages, de la technologie et des consultants oenologues. Aujourd'hui, c’est Frédéric Thibaut qui est en charge du domaine après que Robert Niederman y ait officié pendant plus de quarante ans. Les cépages phares pour les rouges sont le Tannat et le Petit Verdot qui produisent des vins de classe internationale en monocépage ou en assemblage. 

Nous avons deux cuvées pour vous faire voyager au pays des Incas : 

Gran Tinto, un assemblage de Malbec, Petit Verdot et Tannat, où le vin mêle profondeur dans les arômes et touches aériennes dans le style. 

Seleccion Especial, un 100% Petit Verdot, aux notes de fruits à noyau intenses, prononcées, contre-balancées par l'équilibre parfait des tannins et des touches de réglisse poivrée... 








jeudi 9 juin 2022

Victor : un super Bordeaux à prix doux

Depuis que nous avons référencé la cuvée Victor de Gonzague Maurice, je n'ai pas été convaincu par tous les millésimes (2015 était très chaleureux, par exemple). Mais franchement, ce 2018 que nous venons de recevoir m'a épaté. Il a toutes les qualités que j'apprécie dans un vin de Bordeaux, sans les défauts – comme un boisé intempestif. C'est d'autant plus remarquable que nous sommes sur un pur merlot, cépage qui donne souvent des vins lourdauds (hormis sur les grands terroirs). À 8.90 € , c'est un joli cadeau !

La robe est grenat sombre translucide aux reflets violacés. 

Le nez est fin, complexe, sur la framboise, la fumée, la truffe, le poivre.... 

La bouche est ronde, ample, finement veloutée, déployant une matière dense et douce, élégante, au fruit patiné légèrement truffé et épicé, et ne manquant pas de fraîcheur. 

La finale dévoile des tanins plus fermes, mais civilisés et bien intégrés, mêlant la framboise à la ronce et au poivre, avec une belle persistance sur les épices et la truffe.  



mercredi 8 juin 2022

Ponpon et ses amis sont de retour !

 

Nous avons reçu les échantillons des Terrasses de Gabrielle il y a un petit mois, annonçant la sortie prochaine des 2021. J'ai eu un gros coup de coeur pour Ponpon – le meilleur depuis plusieurs années –  et j'ai beaucoup apprécié les deux autres. Ils présentent tous un rapport qualité-prix imbattable. Ce  n'est même pas la peine d'essayer faire mieux ;-)


100 % N ielluccio

La robe est entre le saumon

Le nez est fin, sur le bonbon acidulé, l'écorce d'orange et la grenadine.

La bouche est élancée, tendue par une acidité ciselée, déployant une matière aérienne, douce, et en même temps épicée, vineuse. Corsée, même, tout en restant élégante. 

La finale poursuit la tension de la bouche avec toujours l'acidité en colonne vertébrale, en concentrant la matière et en accentuant la vinosité, sur des notes d'orange séchée, de fraise confite et d'épices. Top !


100 % Counoise ... et 12 % d'alcool

La robe est rubis sombre, translucide. 

Le nez est plutôt discret, sur les fruits rouges, les épices et une touche lactée. 

La bouche est ronde, fraîche, fruitée, avec une matière souple, gourmande, absolument irrésistible. L'équilibre est juste phénoménal. 

La finale dominée par la griotte (et une touche de framboise) est une tuerie totale. Risque d'addiction très important.

Et pour quelques raisins de plus 2021 (6.90 €)

100 % N ielluccio

La robe est pourpre sombre peu translucide. 

Le nez  est un peu réduit, avant de partir sur le bonbon au cassis. 

La bouche est ronde, ample, veloutée, avec une matière charnue / juteuse au fruit expressif et gourmand; ne manquant pas de fraîcheur. 

La finale offre une mâche savoureuse, pleine de fruit, avec une persistance sur des notes crayeuses / épicées.

mardi 7 juin 2022

Domaine du Jaugaret de retour!


 

Nous venons de récupérer quelques caisses de ce domaine mythique à St-Julien.

Plusieurs millésimes disponibles de ce Médoc "old school" vinifié comme après-guerre avec des volatiles plus prononcées que les vins modernes et qui leur permettent de tenir des décennies.
Rappelez-vous Cheval blanc 1947... 

Les vins sont disponibles ICI 


Etre Rietsch en 4 flacons

 

Nous venons de recevoir quelques cuvées du domaine Rietsch. Deux vins de macération, un riesling élevé plus de 30 mois sur lie, et un délicieux pinot noir. Il y en a pour tous les goûts, car aucun ne se ressemble (même si bon, mon chouchou, c'est le pinot !)


La robe est d'un or intense, brillant. 

Le nez  est  mûr, patiné, sur les fruits jaunes séchés, la cire d'abeille, les épices douces. 

La bouche est tendue par une acidité traçante qui s'étire au-delà même de la finale, tout en déployant une matière dense, mûre, charnue, d'une grande intensité aromatique (même palette qu'au nez, avec en plus de l'agrume confit). 

La finale prolonge la bouche avec encore plus de concentration, mêlant l'astringence et l'amertume de l'écorce de pomelo à des notes mellifères et fumées.   



La robe est or clair, légèrement trouble. 

Le nez est .... muscaté, avec des notes de réduction qui dominent à l'ouverture, avant de laisser place à la rose et à la fleur d'oranger, aux épices. 

La bouche est élancée, fraîche, offrant une matière pulpeuse, gourmande, fruitée / florale, tonifiée par un léger filet de gaz carbonique. 

La finale est tonique, finement accrocheuse, avec un fruit encore plus gourmand et de belles notes florales et épicées. 


La robe est entre le rose saumon et l'orange clair. 

Le nez est fin, profond, sur le pétale de rose, l'écorce d'orange séchée, les épices orientales. 

La bouche est longiligne, étirée par un fil invisible, présentant une matière ample, généreuse, finement veloutée, à l'aromatique très expressive –  notes florales, curry, écorces d'agrumes – rafraîchie par un léger perlant. 

La finale prolonge la dynamique de la bouche avec un surcroît de concentration et de tonicité, et une longue persistance sur les épices et la rose séchée. 


Pinot noir 2021 (17.50 €)

La robe est entre le vermillon et le rubis translucide. 

Le nez est frais, sur la griotte, la terre humide et le poivre, avec une pointe d'acidité volatile. 

La bouche est ronde, ample, aérienne, déroulant une matière très fine, arachnéenne au fruit pur et intense (griotte à donf), tonifiée par un léger perlant qui titille la langue.

La finale est tonique, gourmande, avec une fine accroche canaille et  une griotte jubilatoire, le tout persistant sur la cerise, le noyau  et le petrichor.