mercredi 21 août 2019

Super ravi je suis !


Ceux qui connaissent un peu les vins géorgiens auront compris le jeu de mot des deux producteurs français expatriés, Vincent Jullien and Guillaume Gouerou. : cette cuvée est issue du cépage Saperavi, traitée ici en vraie macération carbonique – mais en qvevri, tout de même. Au bout de 15 jours, les grappes sont éraflées, pressées, et le vin obtenu est élevé quelque mois dans la même qvevri avant d'être embouteillé. 

Je n'avais pas spécialement prévu d'ouvrir cette bouteille : elle s'est ouverte en fait toute seule dans l'entrepôt ! Par chance les cartons de ces vins sont stockés debout. Comme il n'y a pas de capsule sur le col des bouteilles, rien n'empêche aux bouchons de sauter. Cela dit, c'est la première fois que ça nous arrive, et peut-être la dernière. 

J'ai goûté le vin de cette bouteille auto-entrepreneuse : ça sentait très bon, et ça goûtait encore mieux. Donc pas de raison de ne pas vous en parler. D'autant que ce Super Ravi est probablement le meilleur vin rouge géorgien que j'ai eu l'occasion de boire – je préfère leurs blancs. Je serais super ravi que vous le découvriez à votre tour ;-)

La robe est grenat bien translucide.

Le nez est fin, frais, sur des notes florales (pivoine) fruitées (griotte) et épicées (poivre, cannelle, muscade).

La bouche est ronde, très ample, aérien, déployant une matière soyeuse d'une finesse arachnéenne. Elle est soutenue par un filet de gaz (pour une fois pas désagréable, mais c'est encore mieux sans) .L'ensemble est pur, sobre, d'une classe naturelle qui ne cherche pas à s'imposer.

La finale prolonge cette impression sans la moindre fausse note, avec un retour de la cerise, du floral et du poivre.  Le tout s'achève sur une note acidulée (vinaigre de framboise ?) qui persiste agréablement.

Cette cuvée peut se boire pour elle-même ou accompagner du jambon cru, du pigeon, des viandes blanches... voire un dessert aux fruits rouges. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire