mardi 14 mai 2019

Bonnet-Huteau : Gautronnière Vs Goulaine


Il était temps que je déguste ces deux Muscadet(s) signés Bonnet-Huteau que nous venons de faire rentrer. J'avais déjà eu un premier aperçu avec leur entrée de gamme qui était d'un bon niveau. On va donc dire que j'avais bon espoir de me régaler. Ça n'a pas raté, même si je me les imaginais un peu autrement. Mais c'est très bien ainsi : j'aime être surpris :-) 



Roches vertes et amphibolites sur sol sillico-argileux

La robe est or pâle, brillante.

Le nez est fin et expressif, sur le pomelo rose, la fleur d'acacia, le beurre frais et la craie humide.

La bouche est élancée, avec une acidité hyper-traçante – mais pas du tout agressive – qui tend et étire le vin. La matière est ronde, charnue, mêlant les fruits blancs à des notes minérales/salines. Un léger perlant apporte un supplément de fraîcheur et de vivacité.

La finale est intense, tonique, alliant l'acidité à une savoureuse astringence (écorce d'agrume), et une persistance de sur de nobles amers (léger quinquina) et un salin affirmé.


Goulaine 2014 (14.50 €)

Schistes et gneiss

La robe est jaune paille (c'est plus "foncé" que le précédent).

Le nez fait plus mûr et évolué, sur le coing confit et des notes de réduction tirant sur le bitumineux.

La  bouche est toute aussi tendue, mais l'acidité est imperceptible, tant elle est enrobée par une matière dense et mûre, légèrement grasse, inhabituelle pour un Muscadet. La fraîcheur est toutefois bien présente, avec l'impression d'avoir une "lame d'acier" en bouche (magie du schiste !).

La finale prolonge la bouche sans le moindre à-coup. Elle se contente de gagner en concentration et précision, mêlant les notes beurrées, confites et minérales, De superbes amers prennent ensuite le relais, conjugués à une ultime vague de fraîcheur, formant un ensemble des plus jouissifs.

PS : il ne reste pas des masses de Goulaine, mais comme nous nous réapprovisionnons très régulièrement, la rupture devrait être de courte durée. Par contre, il y a plus de Gautronnières : ça permet de patienter !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire