lundi 1 avril 2019

Arnaud Lambert (2) : les rouges



Après les Saumur(s) blancs que je vous ai présentés vendredi dernier, voici donc les cinq cuvées de rouge  signées Arnaud Lambert. Je me doutais que c'était sur celles-ci que le chef avait craqué lors du salon des vins de Loire. Maintenant, je comprends mieux : il y a un sacré niveau général; tout en gardant des prix très raisonnables J'oserais presque dire que ce n'est pas assez cher : on a du mal à croire qu'il puisse faire partie de l'élite ligérienne. Et pourtant, je n'ai pas trop de doute à ce sujet. Les vins sont encore très jeunes, mais dans une dizaine d'années, je serais curieux de regoûter Tue Loup, Terres Rouges et Montée des Roches. Ces cuvées devraient être superbes.  

Pour l'instant, je n'ai pas eu encore accès aux fiches techniques du domaine. Je ne peux donc vous dire ce qui différencie les cuvées. Ici, je me suis contenté de servir d'abord les deux Saumur(s) de Brézé, puis les trois Saumur(s)-Champigny, par ordre de prix croissant.

PS : je viens de les avoir. J'ajoute quelques éléments...



Clos Mazurique 2018 (11.00 €)

Vignes de 30 ans - Sables limoneux et calcaire

Elevage de quelques mois en cuve inox


La robe est grenat translucide aux reflets pourpres.

Le nez est franc, direct, sur le cassis (fruit et végétal), la prunelle et le poivre.

La bouche est à la fois ronde et tendue, avec une matière qui démarre soyeuse pour finir veloutée. L'ensemble est frais et fruité, digeste.

La finale dévoile une fine mâche crayeuse, avec un retour de la prunelle et du poivre, ainsi qu'une pointe végétale.

Peut-être le vin le moins en place de la série. Laissons-lui un peu de temps (mise récente)



Clos tue loup 2016 (16.00 €)

Vignes de 30 ans - Sables limoneux et calcaire

Elevage de 12 mois en barriques de 2-3 vins

La robe est grenat sombre translucide.

Le nez est fin, complexe, sur les fruits rouges, le tabac et des épices grillés.

La bouche est ronde, ample,  soyeuse, avec une matière fine et aérienne, enveloppante, tout en n'étant pas dénuée de tension et d'énergie.

La finale élégante est totalement raccord, se contentant d'intensifier les sensations dans un registre médocain (cassis, cèdre).

Celui-ci devrait être magnifique dans une dizaine d'années quand le Cabernet aura commencé à virer sur le tertiaire, tout en gardant sa tension et sa texture. 



Yves Lambert 2018 (9.95 €)

Vignes de 45 ans - Sol argilo-calcaire

Elevage de quelques mois en cuve inox


La robe est grenat sombre translucide.

Le nez est fin et profond, sur le cassis, le graphite et la craie humide.

La bouche est élancée pour gagner ensuite en ampleur. La matière est  plus dense tout en gardant un toucher soyeux, avec un fruit frais et éclatant.

La finale tonique poursuit dans le même registre, avec un cassis frais qui explose, donnant l'impression que votre palais triple de volume. Le tout persiste sur le menthol, le cassis et le poivre.

Déjà un régal malgré sa jeunesse. Le Cabernet-Franc gourmand/friand comme on aime  ! Rapport Q/P top !


Terres rouges 2018 (12.00 €)

Vignes de 45 ans - Sol argilo-calcaire

Elevage de quelques mois en cuve inox


La robe est grenat sombre translucide.

Le nez est proche du précédent, avec un juste un cassis plus mûr et intense, tout en exprimant une plus grande fraîcheur.

La bouche gagne en ampleur tout en gardant une grande tension. On est sur un bulldozer habillé de soie sauvage qui pulse grave, déblayant tout sur son passage. Autrement  dit, ça envoie du pâté, tout en restant très élégant. Aérien, même.

La finale prolonge sans à-coup, se contentant juste de concentrer la matière,  de la "minéraliser", tout en gardant un fruit pur et éclatant.

Des vins de ce niveau, c'est rare en France à 12.00 €. Profitez-en avant qu'Arnaud Lambert change d'avis.... 



Vignes de 45 ans - Argile en surface (30 cm) puis socle calcaire

Elevage de 12 mois en barriques de 3-5 vins

La robe est grenat sombre translucide.

Le nez gagne encore en finesse, tout  en gardant le cassis comme fil conducteur, complété par une touche épicée.

La bouche est encore plus ample et aérienne, avec un toucher plus doux, caressant, et une tension qui ne lâche rien (je regarde trop Top Chef, moi). C'est la grande classe, tout en étant d'une évidence totale. Vous êtes submergé par une vague de douceur,  avec pas d'autre choix que de lâcher prise.

La finale toute aussi douce et envoûtante finit de vous enfermer dans sa nasse, puis une main de fer vous enserre pour vous achever sur des notes salines et crayeuses.

Je n'ai pas eu l'occasion de goûter le 2015 qui était proposé en février en Vente privée. Mais je ne regrette rien, car ce 2017 est une petite merveille !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire