jeudi 7 septembre 2017

Saint Pourçain, terres de ROA...


... mais aussi terre des Rois, puisque nous sommes dans le Bourbonnais, berceau de la dynastie des Bourbon ( et non d'une fameuse eau de vie). Si vous avez du mal à le situer, cela se situe entre le Berry au nord et l'Auvergne au sud. 

ROA, c'est l’acronyme de Raisins – Organics – Attitude. C'est en effet le seul domaine de l’Appellation Saint-Pourçain à être certifié bio. Il est géré par la famille Tisserand : Claudine et Luc, les parents,  Loren, leur fille. La superficie totale est de 18 ha, avec deux grands parcelles différentes : Le sol sableux de la première laisse s’exprimer d’avantage le fruit tandis que le sol granitique de la seconde permet à la minéralité du terroir de l’emporter.

Les cépages classiques de l'appellation sont le Chardonnay, le Gamay et le Pinot Noir. Mais il existe aussi un cépage que l'on ne trouve que là-bas : le  Tressallier 

La démarche durable de Claudine & Luc s’est poursuivie au-delà du vignoble lui-même, notamment lors du choix des matériaux pour la construction d’un chai bioclimatique (ossature bois, briques de chanvre et chaux, ouate de cellulose, enduits à la chaux…).

Leurs vins sont peu sulfités, avec environ 20 mg/l de SO2 libre à la mise.

Pour la petite histoire, Eric R les a découverts sur un salon nature en juin dernier. Il a flashé sur certains de leurs vins. Comme ils étaient bio, peu sulfités, avec en plus un cépage rarissime, il était difficile de ne pas les référencer... 



Cuvée A 2016 (9.50 €)

(60 % Tressalier, 40 % Chardonnay)

La robe est jaune pâle aux reflets argentés. 

Le nez évoque la noisette fraîche, les fruits blancs, la craie humide, avec une petite touche beurrée. La bouche est ronde, fraîche, limpide, avec un côté "eau de roche" très désaltérant, tout en en manquant pas de profondeur. 

La finale dévoile une fine mâche crayeuse, avec un retour sur la noisette, la pomme et le beurre, et un joli prolongement salin. 

Très joli rapport qualité/prix pour ce vin qui sera très polyvalent de l'apéro jusqu'au fromage. 




Tresse à Lier 2015 (11.90 €)

(100 % Tressalier)


La robe est très proche du précédent.

Le nez est au départ assez discret; sur des notes de pomme et poire bien mûres,  et une touche plus minérale (pierre humide). Avec l'aération et le réchauffement, le nez gagne en ampleur et en expression. Du miel d'acacia apparaît. 

La bouche élancée allie rondeur et tension, avec une matière dense et douce, au toucher moelleux/velouté. L'équilibre général est remarquable et laisse augurer une bonne garde. 

Dans un premier temps, la finale prolonge la bouche  sans la moindre rupture, puis arrive en rétro une mâche puissante avec une astringence marquée qui vous assèche presque violemment  les papilles. Mais c'est une violence des plus agréables dont on peut rapidement ne plus se passer. On en réclame encore. Et encore. Il faudrait ne le vendre qu'en magnum, celui-là...

Un beau vin de gastronomie qui devrait pouvoir accompagner avec brio des poissons nobles (bar, lotte, sandre), des crustacés ou des volailles crémées. S'il est déjà très bon aujourd'hui, je pressens qu'il gagnera à être gardé 3-5 ans pour dévoiler toute sa complexité.



Cuvée R 2015 (9.50 €)

La robe est grenat bien translucide. 

Le nez est fin, aérien, sur la quetsche chaude, les épices douces, avec un soupçon de fumée. 

La bouche est ronde, fraîche, fruitée, avec des tanins qui démarrent soyeux pour ensuite se durcir. Dommage, car on sent plein de gourmandise derrière tout ça ! 

La finale elle aussi est ferme. Serrée, comme on dit.  Avec là aussi en arrière-plan du fruit, des épices, ce p'tit goût de terre du Pinot.

Bon, ça, c'est en dégustation pure. En fait, je l'ai testé avec mon repas d'hier soir (poêlée de potimarron et fromage de chèvre) et les tanins se se miraculeusement fondus. Finalement, la dureté initiale permet au vin plutôt léger de ne pas se faire écraser par le plat : il reste bien présent en bouche, sans la moindre sensation désagréable. À 9.50 € la bouteille, le rapport qualité/prix est irréprochable !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire