lundi 23 novembre 2015

Extra Libre : extra ... et libre de sulfites


Selon la phrase bien connue, ce sont ceux qui l'ont fait qui en parle le mieux. Voici donc ce que dit Pascal Verhaege de la naissance d'Extra-Libre : "En pleines vendanges 2015, revenons sur le millésime 2014, une année clé dans la production de nos vins. L’année dernière, nous avons vinifié plusieurs cuves et même des demi-muids de G.C sans ajout de sulfites. Quelques 70% de nos raisins ont ainsi été transformé en vin par des levures naturelles au cours de cette vinification « sans filet ». Aujourd’hui encore, la réaction des vins, l’expression du fruit est étonnante, le raisin domine tout.

En se libérant du sulfitage, en maitrisant parfaitement les risques, on ouvre de nouvelles perspectives qualitatives des vins. On découvre alors une palette aromatique insoupçonnée (le SO2 étant un masqueur d’arômes), des tannins d’une très grande finesse, une meilleure aptitude au vieillissement parce que tout est mis en œuvre pour produire des vins naturellement stables à l’oxydation. De plus ces vins sont d’une très grande digestibilité. Le bilan de cette première décennie d’essai est très positif et encourageant. 

Le millésime 2014 nous a permis d’élaborer une première, nouvelle cuvée sans souffre. Un Cahors « Extra Libre » en quelque sorte. Vinifié à partir des mêmes vignes que le Château du Cèdre classique, c’est un vin vraiment séduisant, élégant et suave. Il nous réconforte dans l’idée de poursuivre ce chemin vers des doses de sulfites de plus en plus faibles "

Je ne peux que confirmer ses propos. Ce vin est une vraie réussite. On a la même explosion de fruit que sur K-Pot', que j'avais aussi beaucoup apprécié, mais avec plus de  race, de finesse et d'allonge. Et c'est tant mieux qu'il y ait un plus, car le prix n'est pas le même (8/14,50 €). Ce serait intéressant de le comparer au La Roque sans sulfites du Mas del Périé, du même niveau de gamme.

Mais voici donc mes impressions sur Extra-Libre...

La robe est violacée sombre, limite encre de Chine.

Le nez est expressif et sensuel, sur la crème de fruits noirs (mûre, myrtille), la violette, le cacao et  les épices de Noël.

La bouche allie tension et douceur veloutée, avec une matière dense, juteuse (du jus de mûre!) et fraîche. 

La finale est un poil plus ferme, mais les tanins sont bien mûrs et enrobés, et l'aromatique fruits noirs/épices/cacao, complétée et rafraîchie par du menthol, est d'une irrésistible gourmandise.

Si ce vin accompagnera avec bonheur une pièce épaisse de boeuf ou un confit de canard, il pourrait aller tout aussi bien avec un dessert au chocolat et fruits noirs.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire