lundi 12 février 2018

Porte Saint-Jean : 2015, millésime de la maturité ?


Il y a comme souvent un double-sens dans le titre de mon billet. La maturité fait allusion à la fois au millésime – qui n'en manque pas – et au vigneron : l'on dit parfois que l'album de tel chanteur est celui de la maturité. Eh bien l'on peut dire que 2015 marque une nouvelle étape pour Sylvain Dittière dans la précision et la maîtrise des vinifications. Et ce n'est pas les 2016 et les 2017 bus sur fûts qui vont me démentir : on est vraiment sur de très jolis vins !


Deux jours après leur arrivée, nous avons ouvert une Perlée et un Cormiers 2015. Nous en avons profité pour déboucher un Saut Mignon 2014 pour voir ce qu'il était devenu (il nous en reste encore quelques caisses). Après une phase un peu difficile il y a 5-6 mois – on pourrait même dire ingrate –  il s'est sacrément ouvert et devient juste superbe... Comme quoi. 


La Perlée 2015 (24.90 €)

La robe est jaune paille, brillante. 

Le nez est fin, sur la poire, la fleur de tilleul, avec une pointe de coing et une touche de craie humide. 

La bouche est élancée, avec une acidité-laser qui trace loin, enrobée par une matière ronde, douce, charnue, apaisée. Un vin à la fois tonique et très zen. L'aromatique est pour l'instant en retrait, laissant place au minéral (jus de caillou). Dans 4-5 ans, le vin devrait se montrer beaucoup plus bavard. 

La finale est nette, finement mâchue, avec un retour sur les fruits blancs, une petite touche miellée, et le minéral qui reprend le dessus. Et l'acidité qui poursuit sa route sans violence... 


Le Saut Mignon 2014 (22.90 €)

La robe est plus intense, bien dorée.

Le nez gagne aussi en intensité, sur la rose, le cassis, la pomme rôtie au beurre, la pierre chauffée au soleil... 

La bouche est de grande ampleur, jouant autant sur la longueur que la largeur, avec une matière dense, affirmée, moelleuse/minérale, gourmande/sérieuse. 

La finale est expressive, avec une mâche généreuse, du cassis, de la craie, de la rose,  du beurre fumé... et que du bonheur !

PS : le lendemain, il est encore meilleur. Ne pas hésiter à bien l'aérer. 


Les Cormiers 2015 (28.90 €)

La robe est grenat sombre translucide. 

Le  nez est expressif, sur les fruits rouges et noirs (framboise, cassis), le poivre, le tabac. 

La bouche est ronde, ample, soyeuse, avec une matière fine et élégante qui vous envahit le palais.  L'ensemble est tendu comme un cabernet médocain, avec une fraîcheur des plus ligériennes. 

La finale dévoile une mâche finement crayeuse, où se mêlent le cassis, le tabac hollandais et les épices douces. Malgré la mise récente, c'est déjà gourmand, et promet de gagner en classe dans les dix ans qui viennent. 

PS : j'ai fait goûter la bouteille inachevée deux jours plus tard à des amis dégustateurs : ils ont adoré. Le lendemain, il parait qu'elle était toujours aussi bonne. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire