mercredi 6 novembre 2019

Un Marquis proche du peuple


Il y a quelques mois, nous avions référencé un Nero d'Avola sicilien proposé par un importateur qui ne s'est avéré pas très emballant. Son seul mérite était de ne pas être trop cher. Suite à notre retour peu enthousiaste, ce même importateur nous a envoyé un échantillon de ce Marchese Montefusco 2018 – produit également par Cantine Ermes –  et il nous a plu de suite : c'est fin, frais, fruité, sans le moindre tanin qui accroche, avec malgré tout une typicité du cépage et du terroir.  Il n'a pas ce côté "international", particulièrement pénible. Et cerise sur le nero : il n'est guère plus cher que celui qui ne nous avait pas plus. Il est donc parmi nous depuis le début de la semaine. Reste à voir s'il vous plaira à votre tour...

La robe est grenat bien translucide, aux reflets pourpres. 

Le nez est charmeur, sur la cerise fraîche, la framboise confite, avec une pincée d'épices douces et une touche résino-balsamique – so Italian.  

La bouche est vive, tendue par une acidité "laser" qui trace au delà-même de la finale. Certains la trouveront excessive. Moi, j'aime bien. Elle est enrobée d'une matière ronde, ample, aérienne, au toucher soyeux. Le tout sur une aromatique très fruitée (cerise et son noyau) avec toujours cet accent balsamique. 

La finale joue les prolongations, l'acidité jouant le rôle de colonne vertébrale, avec une cerise plus confite, des épices plus poivrés, une touche réglissée, voire de menthol/eucalyptus, formant un ensemble harmonieux et réjouissant.

Franchement, je ne connais pas beaucoup de vins français qui puisse procurer autant de plaisir pour moins de 7 €, surtout dans ce registre de finesse/élégance. Car souvent, dans cette gamme de prix, ça donne dans le costaud – à part quelques exception  comme Ponpon le cheval.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire