vendredi 27 décembre 2019

Clisson : une certaine idée de la perfection


J'avoue avoir fait preuve d'une grande patience : j'ai attendu une quinzaine de jours avant de déguster le Clisson 2017 du domaine de la Pépière. J'avais eu la chance de le découvrir en avant-première  en janvier dernier – alors qu'il était en cours d'élevage – et il m'avait bluffé. J'étais donc curieux de voir ce qu'il était devenu. En fait, il est plutôt moins impressionnant que dans mon souvenir : c'est probablement dû à la mise récente et à l'abandon des lies sur lequel il se reposait depuis deux ans. Par contre, contrairement à d'autres années, il est d'une accessibilité totale, au point où l'on peut se demander s'il sera meilleur un jour. Connaissant la bête depuis longtemps, je n'ai aucun doute qu'il va encore se bonifier  pendant au moins une décennie, voire plus. Mon conseil : en prendre une caisse et en boire une bouteille tous les 2-3 ans. Du bonheur en perspective ! 

La robe est or pâle, brillante.

Le nez est fin, aérien, sur les fruits blancs légèrement beurrés, la fleur d'acacia et la pierre humide.

La bouche est élancée, énergique, tendue par un fil  invisible mais sacrément efficace, car ça trace sévère sans que l'acidité ne ressorte particulièrement. Par contre, la fraîcheur, OUI : ce vin en est une incarnation liquide, si j'ose dire. La matière est ronde, pure, élégante, à la chair délicate, possédant plus de fond qu'elle n'en a l'air au premier abord – on parle de Clisson, là. Elle évoque tout autant une pomme mûre dans laquelle on mord avec plaisir qu'un ruisseau qui vous abreuve de son eau cristalline.

La finale est savoureuse, intense, mêlant une noble astringence (pomelo) à une fine mâche crayeuse, et une belle persistance sur la Granny Smith et des notes salines.

Sa rondeur lui permet de ne pas de limites aux huîtres – en l'occurrence, éviter les trop iodées qui risquent d'écraser le vin – et d'aller sur un carpaccio de Saint-Jacques, du cabillaud ou des grosses langoustines. 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire