vendredi 16 septembre 2016

Syrah 2015 de Reynaud : tout a changé !


2015, l'année du changement chez David Reynaud ? En tout cas, les étiquettes de ses vins de pays des collines rhodaniennes ont été joliment relookées. Mais ça ne s'arrête pas là. Dès que l'on ôte la capsule, il y a une autre découverte : le bouchon est un Ardeaseal ®.



Il est en plastique, avec une forme inhabituelle – selon l'esprit que vous aurez, vous pourrez y voir un tonneau ou un suppositoire. Evidemment, aucun risque de TCA, mais aussi un meilleur vieillissement qu'avec un bouchon synthétique classique. Sa couleur et son graphisme sont en harmonie avec l'étiquette. Plutôt classieux, donc. Mais vous allez me dire : le plus important, c'est le vin qui est à l'intérieur. Tout à fait. Et lui aussi a changé par rapport aux années antérieures. Bon, le solaire millésime 2015 y est certainement pour beaucoup. Mais rien n'aurait empêché David Reynaud de faire une extraction plus en retenue. Là, il s'est clairement lâché, et ce n'est pas pour me déplaire. Il gagne en gourmandise canaille ce qu'il perd en élégance, retrouvant finalement plus sa vocation d'origine de vin de pays (et non plus un "mini-Crozes"...)

La robe est d'un pourpre très sombre, aux reflets violacés.

Le nez est intense, sur la crème de fruits noirs (mûre, myrtille), les épices (poivre, 5 épices),  une petite touche de lard fumé, et une pointe de tapenade.

La bouche est ronde, très ample, avec une matière assez dense qui commence veloutée pour devenir ensuite plus puissante/tannique à partir du milieu de bouche.

Cette sensation se prolonge dans une finale généreuse/expressive à la mâche affirmée. Mais comme la matière est bien mûre, cela se passe sans souci. Cela demande tout de même un plat qui puisse non seulement supporter la puissance du vin, mais tant qu'à faire le rendre meilleur. Un confit de canard sera parfait ! Ou pourquoi pas un agneau de 7 heures ?


Aucun commentaire:

Publier un commentaire