vendredi 30 mars 2018

Féline : essence de caillou !


Lorsque j'ai dégusté il y a quelques mois le "Picpoul de base" de Félines-Jourdan, je m'étais dit que la gamme supérieure promettait de donner de jolis vins. J'ai eu l'occasion de déguster cette cuvée Féline à Vinisud. Et effectivement, elle m'a bien plu, d'autant que le producteur a eu l'intelligence de ne pas maquiller celle-ci avec du bois. Il a compris qu'il valait mettre le "jus" en valeur. Et c'est réussi : on ressent vraiment ce que peut donner ce terroir de Pinet sans avoir besoin d'en faire des tonnes. 

La robe est jaune paille, brillante. 

Le nez allie sobriété et profondeur, sur la pierre chauffée au soleil, le beurre frais légèrement citronné et les embruns marins. 

La bouche est longiligne, avec une tension qui n'a rien de raide ou de sévère, et une matière aérienne confinant au gazeux aux accents très minéraux, relevés par le zeste d'agrume.

La finale est totalement raccord, ne rompant pas la dynamique : elle gagne juste en densité, avec une légère mâche et la sensation de sucer un caillou, puis de mordre dans l'écorce de citron. Et le minéral/salin qui revient longuement en force.

Il est probable que d'aucuns jugent ce vin un peu ch... car c'est vrai qu'il n'y a aucune volonté de séduction. Mais perso, j'aime vraiment bien. Cette cuvée gagnerait probablement à vieillir quelques années pour se complexifier. Encore faut-il ne pas tout boire avant... 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire