vendredi 16 mars 2018

Xavier Amirault : hymne au Cabernet-Franc !


Comme beaucoup, lorsque quelqu'un évoquait Amirault, je pensais à Yannick. Il faut dire qu'il a été beaucoup mis en avant ces dernières années par les guides et la presse spécialisée. C'est Patrice Ponsolle, notre client restaurateur à Cajarc – patrie de Papy Mougeot – qui m'a fait découvrir Xavier Amirault il y a 2-3 ans. De mémoire, c'était un Quarterons 2013. L'année était assez catastrophique dans le secteur. Eh bien là, c'était très bon, fin, élégant, sans le moindre poivron.Quelques mois plus  tard, j'ai pu déguster toute la gamme à un salon de vins en biodynamie : j'ai beaucoup aimé. Puis de nouveau l'année suivante où la qualité fut confirmée. Lorsque le chef s'est rendu cette année à Millésime bio, je lui marqué Xavier Amirault dans la wishlist. Il a goûté. Il a aimé. Il a commandé. 

Sont donc arrivées quatre cuvées 100 % Cabernet-Franc. Trois de 2015 et une de 2014. Leur différence provient surtout des sols dont elles sont issues. C'est pour cela que je les ai indiquées. J'ai aussi précisé les contenants de l'élevage, car leur apport est loin d'être neutre.  La dégustation s'est faire par ordre croissant de prix ... qui correspond bien à un ordre croissant de qualité, d'expression de complexité (mais pas de puissance). 


Les Quarterons 2015 (11.90 €)

Graviers, sables sur sous-sol d'alios et d'argile
Élevage en cuve

La robe est rubis translucide.

Le nez est fin, frais, appétant, sur le cassis (fruit et feuille), le poivre et le menthol.

La bouche est élancée, tonique, avec une matière souple, soyeuse, très fraîche, et un fruit bien expressif.

La finale est nette, finement mâchue, avec un retour du cassis et du menthol, se prolongeant sur des notes poivrées. Y a bon !



Graviers profonds
Élevage partiel de 9 mois en foudre

La robe est grenat sombre translucide.

Le  nez classieux est un hymne au cassis, souligné par des notes de tabac gris et de poivre blanc.

La bouche est toute aussi élancée et tonique, mais avec une matière plus dense, plus ronde, plus sensuelle, et cette fraîcheur revigorante du millésime 2014.

La finale est raccord, très fraîche, tonique, d'une impressionnante longueur, avec toujours le cassis mentholé en fil conducteur. J'adore!



Graviers, argilo-siliceux et quelques calcaires
12 à 18 mois dans des demi-muids (500 l) 
renouvelés par tiers.

La robe est grenat sombre translucide, avec des reflets violacés.

Le nez est encore axé sur le cassis, mais avec plus de complexité et de raffinement : on frôle la grande parfumerie !

La bouche affiche autant de tension que les vins précédents, mais la concentration de la matière fait qu'elle passe plus en arrière-plan. Le vin gagne encore en densité tout en ne perdant pas en fraîcheur  et en précision.  LA classe !

La finale a une mâche crayeuse un peu plus prononcée, mais c'est d'une gourmandise absolument irrésistible, avec une fraîcheur des plus communicatives. Et un cassis, je vous raconte pas ! Superbe.  


Le Fondis 2015 (17.70 €)

Graviers profonds sur fond d’argile
 Vinification intégrale en demi-muids de 500 l
Élevage de 18 à 24 mois dans les mêmes fûts


La robe est grenat sombre translucide, avec des reflets pourpres.

Le nez est proche du précédent, avec encore plus de précision/raffinement, et un surplus de menthol.

La bouche est éclatante de fraîcheur, avec une acidité/laser qui étire et tend le vin. La matière paraît plutôt moins concentrée, mais elle possède une classe folle, touchant au sublime. C'est LE Cabernet Franc dans ce qu'il a de plus noble.

La finale est explosive, sans la moindre dureté, avec un cassis/tabac/menthol qui  atteint des sommets. Grand vin !




Aucun commentaire:

Publier un commentaire