jeudi 22 octobre 2015

Monfarina : la Savoie, bonne et abordable


Comme dans beaucoup de régions viticoles françaises, les (bons) vins de Savoie ont connu une inflation des prix ces dernières années. Quelque part, c'est une forme de reconnaissance de leur qualité. Mais malgré tout, il arrive trop trop souvent qu'il y ait une déconnexion entre le prix payé et ce que vous avez dans le verre.

Ce n'est pas le cas de ce Monfarina du domaine Giachino vendu à moins de 10 €. Même si le cépage est le même que celui des Apremont acides servis avec les fondues dans les stations de ski, on  a du mal à le reconnaître, car on a affaire à une matière bien mûre qui sait rester fraîche ... et digeste (10.75 % vol.). Il faut dire que la plupart du temps, ils sont vendangés à 9 ° potentiels, puis chaptalisés, comme cela se pratique aussi dans le Muscadet. Par ailleurs, ce vin est très peu sulfité (24 mg/l de SO² total) ce qui peut expliquer qu'un peu de gaz carbonique ait été laissé pour protéger le vin (il disparaît assez vite à l'aération).

La robe est jaune paille.

Le nez est expressif et ouvert, sur la pomme chaude, la mirabelle et les fleurs blanches (acacia).

La bouche est ronde, fraîche, pure et limpide comme un torrent alpin, avec en arrière-fond des notes pierreuses/salines... et une pointe citronnée (comme si l'on avait versé un peu de jus de citron dans le verre).

La finale finement astringente se poursuit sur ces notes minérales/citronnées. Ce n'est pas très long, mais on a la rare sensation que ce vin "dessoiffe" pour reprendre une pub de ma jeunesse. A boire avec modération, malgré tout ;-)

Ce Monfarina sera aussi à l'aise avec l'apéro qu'avec des huîtres, un poisson grillé ou un fromage de chèvre. Bref, multifonction, bon, bio, peu sulfité. What else ?


Aucun commentaire:

Publier un commentaire