mercredi 13 janvier 2016

Pressoir romain : la Provence dans votre verre


C'est toujours un plaisir de revenir vers ce Pressoir Romain, millésime après millésime. Le seul souci, c'est qu'il semble avoir de plus en succès : le vigneron est donc obligé de les commercialiser de plus en plus jeune. Le 2014 que nous vendons depuis peu, s'il est déjà très agréable, demanderait au minimum un an de plus pour être à son meilleur (et si vous pouvez encore attendre 2-3 ans, c'est encore mieux).

Pour rappel, ce vin est un assemblage d'Ugni blanc (Trebbiano en Italie), de Rolle - appelé aussi Vermentino - et de Chardonnay, vinifié et élevé en fûts de chêne. D'où mon conseil de patience quant à sa consommation.

La robe est d'un joli doré.

Le nez  est fin et frais, sur le citron confit, l'aiguille de pin, le beurre et une pointe de vanille.

La bouche est d'abord fraîche,  limpide, prenant ensuite du corps, de l'ampleur et de la richesse tout en gardant ce qu'il faut de rectitude pour l'équilibrer.

La finale est intense, soulignée par une noble astringence, avec un retour sur le citron, le beurre et la résine, avec une touche de fumé/grillé.

Un vin qui ira aussi bien avec des Saint-Jacques poêlées qu'avec un poisson de rivière (ou une viande blanche) et une sauce crémée. Mais il peut aussi faire le bonheur d'un apéro, si vous évitez les Curly(s) et les olives noires. Préférez des amandes grillées, des feuilletés au fromage ou du jambon cru.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire