vendredi 29 janvier 2016

Coteaux bourguignons rouge : a star is born !


La dégustation du Beaujolais primeur du Château de Bel Avenir, acheté en août 2015 par l'équipe de PUR, nous avait paru très prometteuse, et on attendait avec impatience et optimisme les autres cuvées du domaine. Cyril et Florian sont sympas : ils ne nous ont pas fait trop attendre car les voilà déjà en bouteilles ! 

Même si elle revendique l'appellation Coteaux Bourguignons à laquelle elle peut prétendre, cette nouvelle cuvée est issu du Gamay noir à jus blanc (vignes en gobelet de 50 à 80 ans). L'été 2015, généreux en soleil, a donné des raisins bien mûrs (15 % d'alcool), mais l'équilibre est juste parfait : on n'a pas l'impression d'avoir du Grenache surmûri dans le verre, mais bien du Gamay à maturité idéale. La vinification et l'élevage se sont faits sans aucun intrant. Seul une dose minime de dioxyde de soufre a été ajoutée à l'embouteillage (15 mg/l de SO² total) afin de garantir une conservation optimale. 

La robe est pourpre sombre, limite opaque.

Le nez est explosif, sur les fruits rouges et noirs, la violette, le poivre blanc et une touche "yaourtée"(= note fermentaire : il est jeune, encore...)

La bouche est ample, ronde, dévoilant une matière charnue et veloutée, goûteuse à souhait, avec une profondeur et une densité qui forcent le respect.

La finale est délicieusement mâchue, avec un fruit tonique enrobé par du cacao, et s'éternisant sur des notes de réglisse et de poivre.

Pour une première, ce Coteaux bourguignons est une grande réussite, avec un rapport qualité/prix (11.80 €) à faire frémir les Crus réputés du Beaujolais. Après, c'est sûr, le millésime y est pour quelque chose. Pas dit que le duo puisse nous sortir un vin de ce calibre tous les ans (ceci dit, ils ne savent pas faire mauvais...). 

Bon, en tout cas, si j'étais vous*, je ne tarderais pas trop, car il est probable que cette cuvée soit sold out très rapidement. 

__________________

* je suis en fait très mal placé pour écrire ça... Comme on dit, ce sont les cordonniers les plus mal chaussés : 99 fois sur 100, je ne m'y prends pas à temps pour mettre une ou deux bouteilles de côté : tout est déjà vendu  ou réservé (soupirs...)


Aucun commentaire:

Publier un commentaire