mercredi 22 juillet 2020

Maguelonne : anatomie d'un succès


Nous avons reçu la cuvée Maguelonne de la Selve il y a quelques mois. À peine arrivé, il a fait un tabac sans même que j'ai besoin de le mettre en avant. Alors pourquoi plait-il autant alors que d'ordinaire, le rosé ne fait pas trop recette à Vins étonnants ? Plusieurs pistes : 
- sa couleur très très claire, proche d'un rosé de Provence ? 

- son prix, pas déconnant (9.75 €), nettement moins cher que la plupart des rosés de Provence ? 

- la forme de la bouteille allongée, sobre et élégante (tout comme l'étiquette) ?

- son nom féminin, délicieusement daté, et donc farouchement moderne ? 

- une fois qu'il en a goûté une, le client en rachète 6 ou 12 ? 

Si vous-même avez craqué pour Maguelonne, vous avez le droit de me dire pourquoi dans les commentaires ;-)

Bon, toutes ces questions donnent soif. On va donc en ouvrir une. Tout paraîtra peut-être évident ensuite...

La robe est  "or rose", voire saumon anémique (?). 

Le nez est fin, légèrement acidulé, sur la groseille à maquereau, les épices et une pointe fumée. 

La bouche est élancée, énergique, déployant une matière ronde, finement veloutée et rafraîchissante, sur une aromatique sobre – fruits blancs, craie humide, légère fumée. 

La finale possède le Triple A que nous aimons tant à Vins étonnants – est-ce la raison de son succès ? – avec une fine Acidité qui surgit de nulle part et sert de fil conducteur, une noble Astringence évoquant l'écorce de pomelo, et de subtils Amers qui prolongent élégamment la bouche. Tout cela sans agressivité. On est dans l'harmonie bienveillante ;-)

Pas sûr d'avoir compris toutes les raisons de son succès, mais maintenant, je sais pourquoi certains clients en rachètent,  et peut-être le conseillent à  des amis, qui en achètent à leur tour,  etc... 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire