mercredi 13 janvier 2021

Pie Colette : impressionnant "petit vin" !

Je me rappelle avoir bu la Pie Colette blanc sur un salon il y a un an ou deux. J'avais trouvé ça sympa, mais ce ne fut pas un choc esthétique. Autant dire que lorsque j'ai ouvert par curiosité cette bouteille de 2018, je ne m'attendais pas  à être particulièrement ému. Et puis voilà qu'elle vous met une grosse baffe, au point où vous vous demandez si vous ne vous êtes pas trompé de bouteille. Alors, il y a sûrement l'effet millésime, pour le moins généreux, et puis l'effet cépage – on a désormais le droit de mettre du chenin dans l'assemblage en Côtes de Duras, comme à Bergerac. En tout cas, le résultat est impressionnant : rarement un vin en dessous des 10 € m'a autant bluffé. Respect, comme on dit. 

La robe est d'un bel or brillant. 

Le nez est riche, sur l'agrume confit, la pomme rôtie, avec une touche de fraîcheur apportée par le zeste de citron et la craie humide. 

La bouche est ronde, enveloppante, avec une matière dense, mûre, moelleuse au toucher, qui se dépose en douceur dans tout le palais. En même temps, vous êtes saisis dès l'attaque par une fraîcheur aussi vivifiante qu'inattendue qui prend de plus en plus d'ampleur et ne vous lâche qu'une fois la dernière goutte avalée. 

La finale est à la fois concentrée et subtile, avec juste ce qu'il faut d'Amertume et d'Astringence (écorce de citron confit, pomme verte) mais aussi d'Acidité (rhubarbe ?) * et un superbe "trait vert" qui prolonge classieusement le tout, souligné par la bergamote. P... bon, quoi. 

__________________________

* Un triple A comme on aime, quoi 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire