jeudi 26 mai 2016

Cidres basques : un autre monde


Mon billet (plutôt) enthousiaste sur l'Irouléguy du domaine Bordatto fait qu'il est déjà en rupture (mais il va revenir, promis). Par contre, il reste encore de ses cidres, même si le stock a déjà bien fondu. Nous voulions également les goûter, histoire de voir si nos clients faisaient une bonne affaire, ou non. Ceux qui les ont déjà achetés peuvent être rassurés dès les premières lignes de l'article : ils sont super ! 

Soyons honnête : pour l'instant, l'aromatique (nez) n'est pas encore au top. Ils sont très jeunes. Je pense que d'ici un an ou deux, on devrait être dans un autre monde, nettement plus complexe.

Non, leur point fort, c'est leur texture et leur structure. Il n'y aurait pas ces arômes de pomme, on aurait l'impression de boire une (très) bonne méthode traditionnelle. Il y a une tension qui ne vous lâche pas, des bulles super fines, des matières élégantes. Et puis de beaux équilibres : le tendre l'est juste comme il  faut, sans impression de sucrosité. Et le Brut n'est pas brut de décoffrage, justement. Viril, oui, mais raffiné.





La robe est or clair, avec une belle couronne de mousse blanche.

Le nez, pas très causant, est sur des notes de pomme et de bière blanche.

La bouche réussit à être tendue par une acidité ultra-fine et précise tout en développant une matière ronde, élégante, charmeuse, parsemée de bulles caressantes/chatoyantes. Ce cidre a le toucher de bouche d'un bon Champagne (un peu comme le Poiré Granite de Bordelet).

La finale légèrement tendre a une mâche crayeuse des plus savoureuses, avec un bon goût de tarte aux pommes, se prolongeant sur des notes sur des notes épicées (cannelle ?)



La robe est d'un or plus soutenue, avec une mousse plus éphémère.

Le nez est plus expressif, avec des notes très "cidre fermier authentique".

La bouche est plus puissante et énergique, avec une matière plus dense, plus charnue, plus minérale, aussi (côté salin marqué). Mais les  bulles restent tout aussi élégantes, ne prenant jamais le dessus.

La finale est tannique, impétueuse sur des notes de pomme caramélisée et de brioche au beurre.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire