lundi 7 octobre 2019

Longue vie aux Mamettes !


Eh bien oui, encore un vin signé Jeff Carrel… S'il avait été banal, peut-être aurais-fait l'impasse. Mais là, j'ai un eu un vrai choc. Excepté Chat gris qui est vraiment à part, ce Mamettes est probablement le plus beau blanc qu'ait produit l'eclectic winemaker. Il faut dire qu'il comprend 53 % de carignan gris et 47 % de grenache gris, probablement les deux plus beaux cépages du Roussillon (surtout lorsque ce sont des vieilles vignes en gobelet). Il y a également un assemblage de terroir schiste/granite. Le tout est vinifié soit en vieilles barriques, soit en cuve béton. Le résultat est là, évident, à condition de ne pas le boire trop frais pour profiter de toute son expressivité (14-15 °C, c'est parfait). Ne vous inquiétez pas, l'alcool est imperceptible. 

La robe est or très pâle limite argenté.

Le nez est fin, aérien, sur la poire et la pêche blanche, avec une touche de fumée et pierre chaude.

La bouche est ronde, très ample, déroulant une matière mûre et moelleuse aux accents minéraux, tout en ayant l'impression d'avoir une lame d'acier qui s'enfonce droit dans votre palais. Le tout forme un ensemble harmonieux, à la fois terriblement gourmand et super sérieux, voire grave.

La finale prolonge tout cela sans le moindre à coup, gagnant juste en intensité, en salivation et en jubilation, avec une finale persistance très saline. 

 C'est un p... de joli vin qui pourrait être vendu sans problème à 20 €. Si ce n'est qu'il est vendu 9 €. Eh oui, c'est déjà Noël ! 







Aucun commentaire:

Publier un commentaire