lundi 6 janvier 2020

Le regain éternel ?


C'est la troisième fois que je parle de la cuvée Regain du domaine Semper sur ce blog, et à chaque fois, je suis épaté par son numéro de voltige, entre richesse très sudiste et tension pleine de fraîcheur. Les schistes noirs de Maury ne doivent pas y être étranger. Le grenache gris, présent à 75 %, non plus. Le prix, même s'il a un peu augmenté, est tout aussi épatant : il y a peu de vins blancs de ce niveau en France à 12.90 €. Le Roussillon regorge vraiment de pépites !

La robe est jaune paille, brillante.

Le nez est mûr et expressif, sur les fruits jaunes, le fenouil confit, la crème tout juste brûlée et la pierre chauffée au soleil.

La bouche est élancée, dynamisée par une tension traçante et une fraîcheur qui vous envahit le palais, tout en affichant une grande ampleur et une matière ronde, généreuse, au toucher moelleux. L'équilibre peut sembler périlleux sur le papier, mais dans les faits, pas du tout : c'est très harmonieux, d'une grande évidence, avec la fraîcheur qui remporte la manche.

La finale toute aussi généreuse , qui pourrait se mettre à chauffer dangereusement,  a trouvé deux parades :  une fine mâche crayeuse et une amertume qui évoque l'écorce d'agrume, le quinquina et le caramel au beurre, avec une ultime persistance sur le lemon curd et le pain grillé – et une pointe de fenouil qui vous fait partir en Provence... 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire