lundi 30 octobre 2017

¡ Cargemento de bandidos !



Nous venons de recevoir notre commande annuelle de Barranco Oscuro (pour en savoir plus sur ce domaine hors norme, ça se passe ICI). Nous avons complété avec la production de voisins et amis qui sont dans la même démarche (bio et sans sulfites ajoutés). Il y a le retour du Purulio que vous aviez plébiscité l'année dernière, et quelques nouveautés. Voici un premier aperçu. On est clairement dans le "vin qui sort de l'ordinaire", mais en même temps, on n'est pas dans le "super barré". Il n'y a pas forcément besoin d'avoir une longue expérience en "vins nature" pour les apprécier... 





(100 % Vigierega)


La robe est jaune pâle, trouble.

Le nez est entre la bière blanche, le sirop d'orgeat et l'écorce d'agrume. 

La bouche est élancée, avec une matière ample et aérienne, très caressante, presque irréelle (ça fait penser à certains vins de Meyer). L'équilibre est vraiment top, d'une grande digestibilité.

La finale est plus terrienne, avec de la niaque apportée par le trio amertume/astringence/acidité, sur des notes d'agrume et de froment. Mais ça reste élégant, et assez jouissif, à condition d'être un minimum aware.





(Sauvignon Blanc, Macabeo, Palomino, Chardonnay, Viognier, 
Albariño, Torrontés, Moscatel de Alejandría et Jerezana)


La robe est entre l'or et le cuivre.

Le nez est intense, sur des notes de pêche et d'abricots séchés, avec une touche résineuse.

La bouche est tendue, enrobée d'une matière riche, mûre et concentrée, d'une grande puissance aromatique, mais en même temps très douce. Câline, même.

La finale est puissante, séveuse, tonique, avec toujours ces saveurs de fruits jaunes séchés, mais aussi de miel de châtaignier et de garrigue. Et une fine acidité qui prolonge le tout. Une belle expérience. 




(Tempranillo, Grenache, Merlot, Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon)



La robe est grenat sombre translucide.


Le nez est fin, pénétrant, sur des notes de fruits noirs confits, de cuir et de garrigue.

La bouche est ronde, très ample, avec une matière soyeuse qui prend progressivement de la densité. Il y a une tension (fraîche) qui démarre dès l'attaque et ne vous lâche plus jusqu'à la fin.  Et même après.

La finale dévoile une mâche sans dureté, sur les fruits compotés et épicés, mais surtout une aromatique résineuse/balsamique plus italienne qu'espagnole qui apporte de la niaque et de la fraîcheur.



(100 % Mourvèdre)


La robe est grenat sombre évolué.

Le nez est surprenant, sur des notes de rancio (noix et figues sèches) et d'épices douces.

La bouche est ample, plutôt tendue, avec une matière étonnamment moelleuse, confortable, sans une once de lourdeur.

La finale est mâchue, sur des notes de fruits secs, de café et d'épices (ça fait Banyuls sec).





(100 % Mourvèdre)


La robe est beaucoup plus évoluée.

Le nez est complexe, sur des notes de fruits compotés, de cuir, d'épices.

La bouche est plus ample, avec une matière soyeuse, douce, mais pas dénuée de fond.

La finale est pointue, concentrée, avec une aromatique "rancio" et d'écorce d'orange.




(100 % Syrah)

La robe est grenat translucide.

Le nez est d'abord  terriblement réduit (carafage indispensable), puis après aération, dévoile des notes fumées, de fruits noirs mûrs, d'épices, avec une profondeur et une fraîcheur assez impressionnantes.

La bouche est ronde, ample, avec une matière fine, soyeuse, et une belle énergie. Il y a surtout un fruit expressif et une sacrée fraîcheur.

La finale est nette, fraîche, avec une mâche gourmande dont on ne lasse pas. Étonnant vin !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire