mardi 13 octobre 2020

Barou : Syrah ou Syrah ?

Dans les millésimes précédents, la Cuvée des Vernes de Barou jouait le rôle de challenger face au Saint-Joseph du même producteur. Mais comme vous le savez, nous vivons dans un monde bouleversé. Sur 2019, elle doit affronter le Petit Colorado, le dernier-né de la famille. Issu de vignes jeunes, et uniquement élevé en cuve, ce VDP des collines rhodaniennes est censé être d'approche plus immédiate, alors que les Vernes méritent d'attendre un peu. En fait, après avoir bu les deux, ça ne me parait pas aussi évident que ça. On a surtout affaire à deux vins très différents. Chacun devrait pouvoir trouver syrah à son verre. 

Petit Colorado 2019 (9.50 €)

La robe est pourpre sombre translucide.

Le nez est fin, profond et gourmand, sur la crème de mûre et le bonbon à la violette, avec une pincée de poivre blanc. 

La bouche est ronde et ample, avec une matière dense, veloutée, charnue, exprimant un fruit à la fois mûr et frais, souligné par les épices. L'ensemble est harmonieux, évident, réussissant à être d'une grande buvabilité tout en ne manquant pas de fond. 

La finale délivre une mâche savoureuse sur un fruit encore plus frais et gourmand, avec une persistance sur des notes crayeuses et épicées. 

Cuvées des Vernes 2019 (10.90 €)

La robe est grenat très sombre aux reflets pourpres, peu translucide. 

Le nez a un côté "ténébreux", avec un fruit noir plus obscur et des notes d'encre et et de graphite. Un côté bois précieux, aussi (cèdre ?). 

La bouche est à la fois traçante – tendue par un fil invisible –  et explosive : jaillissant d'un petit noyau central, la matière gagne très rapidement en volume pour vous envahir tout le palais. Elle est plutôt plus fine que celle du Petit Colorado, mais doté d'une énergie nettement plus grande : ça pulse !

La finale prolonge la dynamique de la bouche, traçant comme pas permis, se contentant d'intensifier les sensations, avec toujours ce fruit plus noir que noir qui bascule sur des notes réglissées. Mais point commun avec le Petit Colorado, on retrouve la persistance sur les notes crayeuses et épicées. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire