vendredi 16 octobre 2020

Valentin Morel : une aventure gustative

A l'instar des deux Gaillacs de la semaine dernière, ces deux  vins "blancs" ne sont pas franchement consensuels. Mais nous ne nous appelons pas Vins étonnants pour rien : une partie de notre clientèle est en quête de cuvées hors norme. Il ne faudrait pas la décevoir. Ces deux vins sont signés Valentin Morel qui  n'hésite pas à  se lancer dans l'inconnu même s'il a les pieds sur terre

Le premier est un Chardonnay appelé Semaine 16, histoire d'évoquer cette terrible  semaine d'avril 2017 où une bonne partie du vignoble jurassien  fut dévasté par le gel. Cette cuvée réunit tous les chardonnays du domaine qui ont pu être sauvés. Comme la fermentation avait du mal à arriver à son terme, Valentin a ajouté à l'automne suivant du marc de savagnin riche en levures. Il y est resté un an. Autant dire que le savagnin a eu le temps d'imposer sa marque. A l'aveugle, il est probable qu'il passerait pour le cépage unique de cette cuvée. 

Le second, le Savagnin en Bois d'Arnaux 2018, ne contient  pas de marc de chardonnay. Par contre, du savagnin rose – appelé klevener en Alsace –  représente un tiers de l'assemblage, D'où certainement ces notes florales assez rares dans le Jura. Il y a une macération des peaux durant les 35 jours, ce qui en fait un orange "classique" – si tant est qu'un vin orange puisse être classique. Je ne sais pas si c'est l'effet millésime, mais le vin a une rondeur assez inhabituelle pour un savagnin. Je l'ai fait goûter à plusieurs clients de passage : ils l'ont tous beaucoup apprécié. 

 

Chardonnay Semaine 16 2017  (22.90 €)

La robe est or rose, très légèrement trouble.

Le nez est vif, sur la pâte de coing, l'écorce d'orange, la pomme tapée, avec une légère touche fumée. 

La bouche est toute aussi vive, tendue, avec une matière plus minérale que liquide orientée vers un même but : vous en mettre plein les papilles ! C'est fumé, salin, avec des notes de fruits blancs séchés. 

On retrouve cette aromatique dans une finale sèche et énergique, sans concession, avec une persistance sur la pomme/poire  tapée(s) et les épices. 


Savagnin en Bois d'Arnaux 2018

La robe est entre l'orangé et le cuivre; légèrement trouble. 

Le nez est frais sur la liqueur d'orange, le toffee et les épices, mais aussi des fleurs séchées. 

La bouche est ronde, ample, soyeuse , avec une matière douce et enveloppante, presque pulpeuse, sur une aromatique d'orange amère et d'épices orientales – et de la rose avec l'aération.

La finale est finement mâchue, mêlant l'orange confite à la bière rousse, avec une persistance sur des notes crayeuses et épicées. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire