mardi 16 février 2016

On craque aussi pour Bergecrac blanc !


En 2014, il n'y avait que le Bergerac rouge qui était nommé Bergecrac. Comme les retours ont été très positifs, le Blanc prend également son c supplémentaire. Voici donc le Bergecrac blanc de Barouillet. Sa richesse reflète bien la météorologie flamboyante de 2015. En même temps, comme beaucoup de blancs de ce millésime, il y a un bel équilibre avec une acidité discrète mais efficace.

La robe est couleur paille.

Le nez est relativement discret, sur des notes de fruits blancs, de beurre, et une pointe végétale (herbe froissée) qui apporte de la fraîcheur.

La bouche est ample, sphérique, avec une attaque fraîche, vivifiante, qui se poursuit en longueur grâce à une fine acidité – renforcée par un léger perlant. La matière est riche, limite grasse. On comprend que les 14.50 % d'alcool ne sont pas que sur l'étiquette, sans qu'ils pèsent le moins du monde en bouche. Le tout est parfaitement équilibré, d'une grande évidence.

La finale est nette et intense, soulignée par une noble amertume (zeste d'agrume) et des notes beurrées/grillées/épicées.

Un bien joli vin pour un prix quasiment indécent : 7 €. Craquerez-vous ?




Aucun commentaire:

Publier un commentaire