jeudi 5 septembre 2019

Top moumout' !


Je vous ai déjà parlé de deux muscadets 2018 de la Pépière : le Sèvre et Maine et les Briords. Je les avais trouvé moins vifs que d'ordinaire, mais  présentant tout de même une bonne fraîcheur. On va dire que c'est un peu la même chose avec Les Gras Moutons, si ce n'est que je le trouve plus "prêt à boire" que ses deux camarades. Dès aujourd'hui, c'est une p'tite bombe. On peut même se demander s'il pourra être meilleur plus tard*. 

La robe est jaune pâle aux reflets argentés.

Le nez est gourmand, sur l'ananas frais, la pomme chaude beurrée et la fleur d'acacia (enfin le faux).

La bouche est ronde, (très) ample, éclatante de fraîcheur, éparpillant dans le moindre recoin de votre palais une matière croquante, friande, exprimant un fruit bien mûr – mais pas trop. Un très léger perlant apparaît avec l'aération et le réchauffement, renforçant encore l'impression de fraîcheur. L'équilibre général est juste parfait, même si des esprits grincheux trouveront qu'il n'a pas le mordant d'un Muscadet de comptoir. On peut seulement lui reprocher sa gourmandise et sa buvabilité,  n'incitant pas vraiment à être raisonnable. 

La finale tonique mêle subtilement l'amertume et l'astringence du citron, sans la moindre agressivité. L'astringence finit par l'emporter, avec une mâche finement crayeuse, soulignée par des notes salines persistantes.

On a dépassé maintenant de peu (50ct)  la barre des 10 €, mais franchement, je ne connais pas beaucoup de vins blancs qui présentent autant de qualité à ce prix. Il ne faut pas hésiter trop longtemps, car nous n'en recevons pas des quantités illimitées... 

________________

* Je suis persuadé en fait du contraire : encore faut-il ne pas y toucher jusqu'en 2030, ce qui demande une volonté presque inhumaine. 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire