lundi 14 septembre 2020

Boutine is back !

La Boutine du Domaine de Malavieille s'est faite attendre. Il faut tout de même lui laisser un peu de temps pour qu'elle ait un élevage digne de ce nom. Ça ne se voit pas trop sur la photo, mais elle est également passée à la bouteille bourguignonne, de plus en plus tendance au détriment de la bordelais (faut dire que Eric Supply-Royer, le maître de chai,  est d'origine burgonde). Je ne sais pas si c'est l'effet millésime, ou la bouteille, ou les deux – ou autre chose ? – mais je préfère nettement ce 2019 aux millésimes précédents :  le bois est moins présent, la fraîcheur plus importante. Tout pour me plaire !

Rappelons que cette cuvée est très majoritairement issue de chenin – l'une des plus vieilles parcelles du Languedoc  – complété par un peu de chardonnay et de viognier (que l'on ne sent pas du tout). 

La robe est jaune paille, brillante. 

Le nez est intense et séducteur; sur l'ananas, la poire confite, le pain grillé et la crème brûlée à la vanille. 

La bouche est longiligne, tendue par une acidité quasi imperceptible, tout en offrant une matière ronde et mûre, presque séveuse, contrebalancée par une fraîcheur pure, intense,  quasi cristalline. Un vin paradoxal, donc. 

La finale est tonique, finement crayeuse, mêlant les fruit frais (ananas, fruits blancs) à des notes plus confites et grillées. 

Ce vin sera parfait avec des plats d'inspiration orientale, des ris de veau à la croûte bien dorée, un foie gras poêlé, ou certains fromages (genre Banon, Saint-Marcellin affiné....). À moins de 10 €, son rapport qualité prix est excellent. 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire