mardi 15 septembre 2020

J'ai goûté pour vous un Mourvèdre californien centenaire

Bon, un peu pour moi aussi, j'avoue. Cela faisait un petit bout de temps que cette bouteille me faisait de l'œil. En cette période où nombre de nos clients sont en plein craquage  – pour reprendre une expression souvent employée par des amateurs – cela m'a semblé le bon moment pour en causer. Quand j'écris "centenaire", il est bien sûr question des vignes dont est issue cette cuvée. Pas du vin. Nous avons quelques vieilles bouteilles en stock, mais ça ne va pas au-delà de 1964.

Je vous ai déjà parlé il y a quelques mois de Birichino, un domaine californien atypique créé par deux fous furieux comme on les aime à Vins étonnants. Leur credo : de très vieilles vignes non irriguées, des maturités raisonnables, des élevages qui respectent la beauté des jus. Résultat : des vins frais et élégants que l'on n'imagine pas venir du pays de l'oncle Sam et de son cousin Robert. 

Cette cuvée provient d'une parcelle de mourvèdre plantée il y a environ un siècle sur les sols calcaires et granitiques décomposés de la vallée du four à chaux  juste en bas de la route de Calera sur le côté est de la chaîne Gabilan. 


La robe est grenat translucide. 

Le nez est très fin, profond, complexe, sur des notes florales (pivoine; iris), fruitées (framboise, mûre), épicées; avec une touche d'encens et de tabac hollandais (celui qui commence par Ams et finit par ..mer

La bouche est sphérique, très ample, aérienne, déployant une matière d'une rare finesse que l'on ne trouve que dans les grands pinots bourguignons, tout en s'appuyant sur une colonne vertébrale racée, vineuse, épicée qui apporte tension et allonge. Car bon, même si l'extraction et la maturité sont "chambolienne", ça reste du mourvèdre, hein. 

La finale gagne beaucoup en concentration tout en restant dans le registre de la finesse, avec une mâche subtile sur les fruits bien mûrs, et une prolongation sur les épices grillés et les notes balsamiques. 

C'est déjà excellent aujourd'hui, mais il est probable que l'on bascule dans le grand d'ici une dizaine d'années. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire