vendredi 6 novembre 2020

Pierre Ménard 2019 (1) : les blancs secs

Nous avons reçu ce matin les vins de Pierre Ménard. 2019 est un millésime plus "classique" que 2018. Franchement, toutes les cuvées sont d'un très haut niveau. Dans cette première partie, je vous parle des blancs secs. Lundi, je m'attaquerai aux autres cuvées... 

Laïka 2019 (19.50 €)

(sauvignon de 60 ans sur schistes)

La robe est jaune paille, brillante. 

Le nez est fin, sur le citron confit, la pierre chauffée par le soleil, la poire tapée. 

La bouche est  élancée, tendue par une acidité tonique et traçante, enrobée par une matière dense et mûre, d'une belle fraîcheur aromatique. L'ensemble forme un ensemble imposant, mais bien équilibré, faisant plus penser à un grand chenin ... qu'à un sauvignon. 

La finale est finement mâchue, sur l'écorce de pomelo confite et la rose séchée, avec une persistance sur les épices. Un(e) des plus beaux Laïka jamais produit(e)s. 


é (23.50 €)

La robe est dorée, brillante. 

Le nez  est  aérien et complexe ,  sur la gelée de coing, la mandarine confite, la pomme tapée et les épices douces.  

La bouche est ronde, ample, déployant une une matière à la chair pulpeuse, à la fois mûre et acidulée. L'ensemble réussit à concilier une grande fraîcheur et une aromatique confite. 

La finale est superbe, avec de magnifiques amers sur le coing, le miel et la bigarade confite , avec une persistance sur la pomme tapée, le coing et les épices. 


La robe est  jaune paille, brillante. 

Le nez est très expressif, sur le coing confit, l'orangette et une touche fumée. 

La bouche est tendue, étirée par une acidité intense et traçante,  avec une matière dense et confite qui vous enrobe tout ça, en y rajoutant un subtil voile d'amertume austère. 

La finale prolonge la tension sans le moindre à-coup, tout en rajoutant une surcouche d'amertume "cheninesque" et de coing confit. C'est très long, intense, confit.  Un hymne au chenin ! 



La robe est or pâle, brillante. 

Le nez est expressif et gourmand, sur la tarte au citron, le sabayon aux agrumes, la crème brûlée. 

La bouche est très ample, énergique,  délivrant une matière d'une densité impressionnante, plus minérale que liquide. Ce n'est plus de l'eau de roche, mais de la roche tout court., pure et cristalline. L'aromatique est dominée par le citron confit, complété par la gelée de coing. 

La finale est intense, séveuse, à la fois riche et ultra-fraîche, sur  le coing confit, l'orangette, la bigarade et le quinquina. 


Pluton 2019 (40.00 €)

La robe est jaune pâle, brilllante. 

Le nez est fin, frais, sur la crème au citron, la pierre humide. 

La bouche d'abord pure, aérienne, éclatante de fraîcheur, puis gagne en rondeur et en intensité, se fait enrobante, charmeuse, tout en gardant une belle tension acidulée.  

La finale est tonique, très fraîche, sur le lemon curd, avec une persistance sur la gelée de coing et l'indian tonic







 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire