vendredi 19 février 2021

Gamay sur volcan : j'aime encore plus 2020 !


Je flânais tout à l'heure dans l'entrepôt à la recherche du "vin du jour", et soudain, j'ai vu la jolie pile de Gamay sur volcan 2020 de la Madone. Allez, on goûte ça ! J'avoue que j'étais presque craintif, car l'année dernière, les vins de Gilles Bonnefoy se goûtaient mal en février. Eh bien, ce n'est pas du tout le cas sur les 2020 : c'est de la bombe, du bonheur à l'état pur. Rarement un "petit vin" m'a autant enthousiasmé. Je crois qu'il va falloir que j'en encave. Alors, please, ne me piquez pas tout... 

La robe est pourpre sombre translucide. 

Le nez est une merveille de gourmandise et de "classiosité" : panier de fruits rouges et noirs bien mûrs, violette, encens, fumée... 

La bouche est tonique et élancée, tout en déployant une matière juteuse, séveuse, au fruit d'une rare intensité, mais aussi d'une grande fraîcheur aromatique – renforcée par un léger perlant, qui pour le coup, n'est pas plus gênant que ça. L'équilibre est superbe, mais c'est surtout nirvanesque : rarement un "petit vin" vous fait toucher d'aussi près la félicité !

La finale délivre une mâche croquante, hyper-gourmande, avec un fruit et une fraîcheur qui montent encore d'un cran, et une persistance sur la framboise, la violette et le poivre blanc. Et le cacao en ultime sensation. Rhaaaa lovely, aurait dit Gotlib...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire