lundi 15 février 2021

La repasse fait peau neuve

La Repasse de Benjamin Darnault ne se contente pas de changer de millésime. Son habillage prend un sacré coup de neuf. À l'intérieur de la bouteille, c'est également la révolution. On perd les notes patinées au profit d'un cassis omniprésent. Ceux qui apprécient ce fruit seront aux anges. Il en est un hommage (quasi) exceptionnel. Les autres risquent de (re)passer leur chemin. Après, comme disait un ancien président, il faut "laisser le temps au temps". Je serais curieux de regoûter ce vin dans 4-5 ans pour voir ce qu'il est devenu.  

La robe est grenat sombre, limite opaque. 

Le nez est fin, profond, sur le cassis sous toutes ses formes : fruit frais, liqueur, bonbon, et même feuille. Juste quelques épices viennent compléter le tableau. 

La bouche est ronde, de belle ampleur, déployant une matière dense, pleine, charnue, qui  immerge totalement le dégustateur dans une baignoire de cassis agrémenté d'aromates évoquant la garrigue et le feu de camp (notes grillées /fumées). 

La finale est puissante, savoureuse, dévoilant des tannins solides mais bien mûrs – et incroyablement gourmands. Le cassis est toujours la star, mais progressivement, les épices grillées commencent à prendre le dessus, suivies par le cacao et le menthol, façon After eight, le sucre en moins. 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire